×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Banques-contrôle interne: BAM reçoit les premiers rapports

Par L'Economiste | Edition N°:1572 Le 31/07/2003 | Partager

. L'organisation et les missions sont conformes à la réglementationRègles prudentielles et contrôle interne ont fait une entrée forcée dans la profession bancaire. Par touches successives de réformes et à coups de circulaires, Bank Al-Maghrib (BAM) pousse les établissements à hisser leurs pratiques au niveau des standards internationaux. Les copies des premiers rapports, qui ont été préparés auprès des banques en conformité avec les circulaires de BAM sur le contrôle interne et l'audit externe, à l'occasion de l'audit de leurs comptes 2002, viennent de lui être confiées. Ils font état d'un avancement notable dans la pratique du contrôle interne sur la place. Pour des auditeurs, dont Aziz Bidah, associé chez PriceWaterhouse, «les entités auprès desquelles nous avons effectué des audits, disposent toutes de structures dédiées au contrôle interne, dont l'organisation et les missions exécutées au sein de l'entité sont en conformité avec les dispositions réglementaires édictées par Bank Al-Maghrib«. Constat nouveau: le contrôle interne est désormais perçu au sein des banques beaucoup plus comme un outil de pilotage qu'une contrainte réglementaire. Comme pour les bancaires, filiales marocaines de majors mondiales, l'organisation des dispositifs répond à un besoin de gestion courante des activités.De son côté, Bank Al-Maghrib attache une importance toute particulière à ces aspects de contrôle interne et gestion des risques financiers puisqu'ils sont inscrits dans le cadre de ses engagements internationaux avec les banques centrales, processus conçu et piloté par le comité de Bâle. Pour son gouverneur, Abdellatif Jouahri, «l'importance que nous accordons à l'application des dispositions de la réglementation prudentielle, dont le contrôle interne, est capitale pour prévenir les risques qui peuvent mettre à genoux le système bancaire marocain«. Et d'ajouter que «Bank Al-Maghrib veille en continu à ce que toutes les banques de la place soient en conformité avec ces dispositions. Celles qui ne le font pas suffisamment font constamment l'objet de relance, comme c'est le cas actuellement«.Les nouveaux rapports des auditeurs externes préparés cette année sont à même de permettre à BAM un suivi annuel de l'organisation des banques. Jusqu'à maintenant, la pratique et l'insuffisance des équipes voulaient que ce type d'audits ne soit pas effectué régulièrement. Deux circulaires ont donné le ton à la nouvelle démarche. D'abord, celle n°6/G/2001 qui a précisé les modalités et les règles minimales que les établissements de crédit doivent observer pour la mise en place d'un système de contrôle interne. Puis, la circulaire n° 9/G/2002 consacrant les modalités d'application de la loi de 1993 relatives au contrôle des banques. La mission de l'auditeur externe consiste, aux termes de ce texte, à établir, en plus de son rapport d'opinion sur la régularité des écritures et la sincérité des comptes, un compte rendu détaillé sur l'adéquation et l'efficience du système de contrôle interne d'une banque, eu égard à sa taille, à la nature des activités exercées et aux risques encourus sur les crédits et les activités de marché en termes de taux d'intérêt et de liquidité.Bouchaïb EL YAFI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc