×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Attijariwafa bank au chevet des «prépas»

Par L'Economiste | Edition N°:2256 Le 17/04/2006 | Partager

. Partenariat public-privé pour le soutien des futurs ingénieurs. 1,5 million de DH de fonds apportés pour l’annéeAprès les universités, les écoles d’ingénieurs. Un nouveau partenariat a été signé vendredi 14 avril entre Attijariwafa bank et le ministère de l’Education nationale pour le soutien aux classes préparatoires scientifiques. «Le moteur le plus efficace de notre développement», indique Khalid Oudghiri, PDG de l’institution bancaire. Contribuer au développement de la filière en préparant 1.200 élèves des classes «prépas» aux grandes écoles d’ingénieurs, au Maroc et dans l’Hexagone, est l’objectif du projet. Le budget dédié pour l’année s’élève à 1,5 million de DH. Que renferme le plan? Deux volets chapeautent l’ensemble: encadrement et assistance technique et financière. Les principes d’action sont décrits conjointement par Oudghiri et M’hammed Abbad Andaloussi, qui porte la double casquette de vice-président de la Fondation Attijariwafa bank et président de l’association Al Jisr: favoriser l’ouverture sur l’art et la culture, promouvoir et valoriser le savoir et encourager l’initiative économique. Le choix des classes préparatoires scientifiques répond à une «demande réelle», dixit les partenaires. «La concurrence est une bataille pour la qualité et particulièrement dans le savoir», observe Habib El Malki, ministre de l’Education nationale. «L’initiative est fondatrice d’une nouvelle génération de convention par les moyens fixés, les objectifs et les mécanismes de suivis». Quid du choix opérationnel? diverses facettes comme le soutien de l’association Al Jisr (qui organise également des rencontres écoles-entreprises qui débutent cette semaine), l’équipement d’espaces multimédia en écoles ou universités ainsi que la formation de 1.000 enseignants, entre autres. Un partenariat «réaliste», par ailleurs, puisqu’il met au cœur de son développement, les réseaux. L’approche s’appuie sur des alliances ficelées via la mobilisation de ressources, notamment, pour ensuite ratisser le plus large possible. Ainsi, 100.000 DH sont investis dans l’acquisition de logiciels, indique Abbad Andaloussi. Le matériel, lui, bénéficie de 150.000 DH. De même, 500.000 DH sont octroyés pour la modernisation des bibliothèques, l’abonnement à des revues spécialisées et culturelles et l’informatisation de la gestion documentaire. Le séminaire de concertation qui aura lieu à Ifrane (soutien aux admissibles aux grandes écoles d’ingénieurs en France) profitera d’une enveloppe de 200.000 DH. Et 10 prix seront remis aux meilleurs élèves qui bénéficieront d’une assistance pour leur installation en France. Attention! ceux qui resteront au Maroc auront droit aussi à des fonds.Céline PERROTEY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc