×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Assurances françaises: chute des profits

    Par L'Economiste | Edition N°:52 Le 05/11/1992 | Partager

    Tous le; indicateurs financier; des compagnies d'assurances françaises sont au plus bas, malgré un développement de l'activité. La baisse des profits des principaux assureurs à mi-exercice oscille entre 25 et 60% environ. Par rapport au premier semestre 1991, le bénéfice net a en effet baissé de 25% aux ACF, de 35.6% chez Axa, de 50% au GAN et chez Victoire et de 59% à l'UAP.

    Ces résultats sont essentiellement dus à la branche Dommages, en perdition, à la médiocrité de la rentabilité des investissements internationaux ainsi qu'aux contre-performances des filiales bancaire, des assureurs, en plein marasme immobilier.

    Conséquence: les compagnies d'assurances prévoient d'augmenter leurs primes. La branche automobile, ayant souffert d'une sous-tarification à cause des guerres tarifaires dont elle est l'objet ces dernières années, est la première ,visée. A l'UAP, cette branche est, selon le Directeur Général, M. Didier Pfeiffer, déficitaire de 86 millions de Francs cette année. Au premier semestre 1991, elle avait laissé un excédent de 105 millions de Francs des primes est passé de 100 à 103, tandis que celui de la réparation est passé de 100 à 174 et celui de l'inflation, de 100 à 137”. indique le Directeur d'Axa Assurances. L'application , en Janvier, de la réforme du bonus-malus a amplifié le mal et a conduit , constatent les professionnels. Du coup, les déclarations de bris de glace, de dommages sur les véhicules en stationnement et le coût des vols d'automobiles ont augmenté de plus de 30% cette année. L'application du permis à point devrait constituer une consolidation, puisque l'un de ses objectifs est de faire baisser le nombre d'accident et partant. le coût des dommages corporels notamment.

    Maintenant que la crise est là l'accroissement des sinistres aidant, il suffit qu'un premier signal de revirement à la hausse des tarifs soit donné pour que tout le secteur suive. Le GAN assez redouté pour sa compétitivité, a annoncé des révisions tarifaires et “ un effort accru de sélectivité des risques”.

    L'UAP, de son côté envisage de résilier certains contrats et d'augmenter de manière non négligeable ses primes.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc