×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Assainissement liquide à Settat: 513 millions de DH investis par la Radeec

Par L'Economiste | Edition N°:2334 Le 04/08/2006 | Partager

. Deux stations d’épuration opérationnelles. Deux autres en cours de réalisationLe volume total des investissements consentis dans le domaine de l’assainissement liquide dans la province de Settat a atteint près de 513 millions de DH. C’est ce qui a été annoncé par le directeur de la Régie autonome de distribution d’eau et d’électricité de la Chaouia (Radeec), Jamal Benfadoul. Intervenant devant le dernier conseil d’administration réuni sous la présidence du wali de la région Chaouia-Ouardigha et gouverneur de la province de Settat, Mohamed Ali El Admi, Benfadoul a précisé que plus de 167 millions de DH ont principalement été réservés au secteur de l’assainissement liquide dans la seule ville de Settat au titre de l’année 2005. Le reste du montant de l’investissement ira aux autres centres où la Radeec a en charge l’assainissement liquide. Tous ces investissements porteront essentiellement sur la réalisation de collecteurs, d’ouvrages de collecte et de drainage des eaux pluviales, ainsi que la réalisation de bassins de rétention et de stations d’épuration. A propos de ces dernières, il est à signaler que deux stations sont déjà opérationnelles. Il s’agit des stations de la ville de Settat et de celle de Soualem-Sahel. Quant à la réalisation des stations d’épuration par lagunage des centres de Déroua et Sidi Rahal-Chatia, elle est actuellement en cours. Il est certain que l’immense projet d’assainissement liquide de la ville de Settat a été celui qui a drainé l’investissement le plus important. De par l’ampleur de la tâche qu’il y a à accomplir, le projet ne pouvait être mené à terme sans la construction d’une station d’épuration. Lancée dès mars 2003, la station d’épuration des eaux usées de Settat est maintenant officiellement opérationnelle. Installée sur une superficie de 80 hectares, la station a coûté dans les 80 millions de DH, dont 12 millions rien que pour l’acquisition du terrain. Selon le maître d’ouvrage, la Radeec, la réalisation de la station d’épuration intéresse pas moins de 175.000 habitants. Elle permettra le traitement d’un débit de 13.500 m3 par jour. Les eaux usées ainsi traitées serviront à l’irrigation de quelque 300 hectares dans les environs de la ville de Settat.Le site installé à l’aval des zones urbaines actuelles et aussi potentielles est situé à 8 kilomètres de la ville de Settat. L’intérêt de cette infrastructure est qu’elle va permettre, en premier lieu, la protection des ressources en eau et d’améliorer les conditions d’hygiène de la population avale. Elle va également faire éviter l’utilisation des eaux usées brutes en agriculture sans précaution sanitaire.Le recours à la méthode de traitement des eaux usées par lagunage présente d’importants avantages. En effet, le procédé est moins coûteux en fonctionnement et s’intègre parfaitement et harmonieusement dans le paysage environnant. La station dispose de bassins anaérobies (6 unités), de bassins facultatifs (3 unités de 5 hectares chacune), de bassins facultatifs et de maturation (3 unités également de 5 hectares chacune). Mieux encore: 15 unités de 484 m2 chacune forment les lits de séchage.L’effort consenti donc par la Radeec répond à des besoins devenus pressants en matière d’évacuation des eaux usées, la population de la ville de Settat étant en nette augmentation. L’apport de la station d’épuration se fera également dans un parfait respect des normes de rejets dans le milieu naturel, précise le directeur de la Radeec. Les eaux ainsi traitées serviront à l’agriculture dans une zone qui est loin des réseaux d’irrigationDans sa globalité, le projet d’assainissement de la ville de Settat aura coûté 361 millions de DH dont la tranche d’urgence a consumé la plus grosse partie (194 millions de DH). La deuxième station déjà opérationnelle dans la province est celle de Soualem-Sahel. Sa réalisation entre dans le cadre du grand projet d’assainissement liquide de cette commune de la province et dont la Radeec est en charge. Le projet en question a nécessité une enveloppe budgétaire de 68 millions de DH. La première tranche, entamée en 2005, sera achevée en 2007 et aura coûté pas moins de 47 millions de DH. La construction de la station d’épuration a nécessité, dans le cadre de ce projet, quelque 18 millions de DH. Une population de l’ordre de 25.000 personnes en bénéficiera. S’étendant sur 132 hectares, la station est constituée de bassins naturels et permettra le traitement de 2.000 m3 par jour et l’irrigation de 50 hectares. Une deuxième tranche du projet d’assainissement liquide de Soualem-Sahel sera entamée dès 2008. La fin des travaux dans cette tranche est prévue pour 2015. Le budget qui lui sera consacré et de 21 millions de DH. Reste à signaler que la dernière réunion du conseil d’administration de la Radeec a été l’occasion pour le directeur général des Régies et services concédés, Mohamed Kadiri, de rappeler le rôle primordial de la Radeec, surtout dans le cadre de l’INDH, dans le développement social des populations locales. Il a aussi salué les efforts déployés par la Radeec pour l’amélioration des prestations de services rendues aux citoyens et s’est, enfin, déclaré satisfait des performance de la Radeec, particulièrement en matière d’amélioration du taux de rendement du réseau d’eau potable qui a atteint 80% en 2005.


Autres stations

Les centres de Déroua et de Sidi Rahal-Chatia auront leurs propres stations d’épuration des eaux usées. Elles sont d’ailleurs en cours de réalisation. La première sera aménagée sur 13 hectares et coûtera 15 millions de DH. La seconde, bien plus importante, nécessitera un investissement de 27,5 millions de DH. L’une et l’autre seront opérationnelles en 2007.De notre correspondant, Abdallah ECHAKHS

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc