×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Asma Invest après un an d'exercice : Les premiers paris d'une société d'investissement

    Par L'Economiste | Edition N°:113 Le 20/01/1994 | Partager

    Au lendemain de son premier exercice comptable, la société de financement Asma Invest aura misé 63 millions de DH, repartis sur quatre projets, de registres différents. Pour 1994, le management de la société souhaite renforcer sa stratégie de pôles.

    A PRÈS une année d'exercice, la Société Saoudo-Marocaine d'lnvestissement et de Développement, Asma Invest, a investi un total de 63 millions de DH, dans quatre projets de taille et de standard différents. Ce montant se répartit comme suit : 11 millions de DH dans le financement d'une unité industrielle de textile à Kénitra, 16 millions dans la nouvelle unité de fabrication de Merlin Gérin à Had Soualem, 16 millions comme participation au noyau dur de la CTM-LN et 20 millions dans une nouvelle exploitation agricole dans le Nord du pays (projet dit Bargha).

    Au vu des participations engagées, ressortent les axes majeurs de la stratégie d'Asma Invest. Cette stratégie, explique le management de la société, "vise à la constitution de pôles homogènes et indépendants autour d'un noyau de projets novateurs". Trois secteurs mobilisent actuellement l'action d'Asma lnvest : l'agro-alimentaire, l'industrie et la finance.

    Emanation d'une convention signée entre le Maroc et l'Arabie Saoudite en décembre 1989, Asma Invest n'a été créée qu'en février 1992. Le temps qui sépare les deux dates devait servir pour la "ratification" de la convention. Le capital social d'Asma Invest est de l'ordre de 400 millions de DH dont 50% ont été libérés en deux étapes : mars 1992 et août 1993. Les deux pays se partagent les actions à égalité. Le Conseil d'Administration est composé de 6 membres (3 administrateurs saoudiens et 3 administrateurs marocains). Le président du Conseil d'Administration est de nationalité saoudienne. En revanche, le poste de directeur général est dévolu à un Marocain. Depuis sa création en 1992, c'est M. Guerraoui, actuel ministre de l'Energie et des Mines, qui assure les fonctions de directeur général.

    Aux termes de la convention signée, Asma Invest a pour objet "de participer au développement des investissements au Maroc et en Arabie Saoudite, l'élargissement de coopération entre les deux pays, l'encouragement des investissements étrangers, l'acquisition de technologies avancées, la création de valeur ajoutée, et d'une manière générale, l'encouragement des flux de capitaux et leur utilisation dans des projets économiquement et financièrement rentables". Ces termes, aussi vagues soient-ils, prennent tout leur poids lors de l'étude des dossiers à financer.

    "En tant que société d'investissement, il est clair que nous nous intéressons avant tout à des opérations de capital et pas de management. Nous voulons avant tout servir de locomotive sur le plan financier en nous associant avec des actionnaires qui ont la même vision des affaires que nous, autour de projets porteurs", expliquent les dirigeants d'Asma Invest.

    Sur 15 dossiers d'investissement examinés par le management de la société, seuls quatre projets ont été approuvés par le Conseil d'Administration. Ces projets représentent seulement 31,5% de fonds propres. Ce taux est jugé "honorable" par le staff de la société qui rappelle que Asma Invest, après à peine un peu plus d'une année d'existence, développe "un métier nouveau " au Maroc. Le rejet d'un projet d'investissement a pour cause soit sa "non rentabilité", soit sa "mauvaise conception ". Le rejet peut s'effectuer au niveau des dirigeants d'Asma Invest ou au niveau du Conseil d'Administration. Ce dernier se réunit quatre fois par an pour approuver les décisions d'investissement.

    En fait, l'acceptation de financer un dossier doit répondre à une série de critères, fixés par le cadre général d'intervention d'Asma Invest. Dal une note d'information de la société il est indiqué que "l'évaluation d, projets " obéit aux éléments suivants:

    - l'impact sur l'économie nationale,

    - la valeur ajoutée et la rentabilité prévisionnelles,

    - l'apport technologique éventuel,

    - les choix stratégiques en matière commerciale, financière, technique et humaine,

    - la cohérence du plan de financement et du tour de table projetés.

    Lorsqu'une décision d'investissement est acceptée, le prêt accordé par Asma Invest "peut concerner tous les éléments d'un projet : acquisition du terrain, constructions, équipement, fonds de roulement...", indique le management de la société. Exprimé en Dirhams ou en devises, le prêt ne peut dépasser 35% du montant du projet financé. Le prêt est accordé au taux fixé par le marché "au moment de la signature du contrat de prêt". Une fois le tour de table bouclé, Asma Invest peut exiger "un poste d'observateur au Conseil d'Administration en vue d'apporter conseil et assistance à la société concernée ".

    A. Z.

    Une structure légère

    A l'instar des banques d'affaires occidentales, Asma Invest dispose d'une structure très légère. L'effectif est limité à une dizaine de personnes. La direction générale est assurée par M. Abdellatif Guerraoui, actuel ministre de l'Energie et des Mines. Trois directeurs le secondent. Cadres de très haut niveau, ils se partagent le "portefeuille projets" et fonctionnent comme des directeurs de projet dans l'acception formelle du terme.

    La spécialisation est faite en fonction du profil des trois directeurs. En effet, les trois profils sont très différents :

    - un cadre supérieur, diplômé d'une école supérieure de commerce et disposant d'une solide expérience dans les grands groupes français,

    - un ingénieur ex-directeur général de FRUMAT,

    - un expert-comptable expérimenté en matière d'audit à l'échelle internationale.

    Les différents pôles sont donc attribués à l'un ou l'autre des cadres en fonction de leur C.V. Mais, ils assurent aussi des responsabilités de gestion : achats, gestion du personnel, etc. Les placements bancaires, principe ressource d'exploitation actuelle, sont directement négociés par le directeur général. Les taux perçus par Asma Invest sont légèrement supérieurs à ceux du marché.

    La recherche de projets et études préliminaires constituent l'essentiel de l'activité de l'encadrement supérieur. La préparation des dossiers pour le conseil d'administration constitue la phase ultime de ce circuit. Une fois l'accord obtenu, le suivi est assuré par le cadre en charge du dossier. C'est ainsi qu'Asma Invest est représentée au sein du comité de gestion de la CTM-LN par l'un de ses directeurs. Cette structure légère permet une maîtrise des dossiers et une grande rapidité dans la prise de décision. La seule limite à cette diligence est la périodicité du conseil d'administration : seuls quatre rendez-vous sont prévus par an.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc