×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Après les riads, le jazz s’empare des rues de Fès

Par L'Economiste | Edition N°:2406 Le 22/11/2006 | Partager

. Plus de 10.000 personnes réunies à Bab Boujloud. De hautes pointures du genre au rendez-vous LE rideau est tombé, samedi dernier, sur la deuxième édition du festival Jazz in Riads de Fès. Edition marquée par trois jours de fête non seulement dans les riads mais aussi dans les rues de la ville. En effet, le dernier jour, Oncle Strongle, une troupe de Toulouse (France), a déambulé à travers la médina au grand bonheur du public. «C’est un vrai moussem de jazz! Du jamais-vu dans Fès El Bali. Et c’est ce genre de manifestations qu’il faut encourager pour attirer des touristes», commente un commerçant au quartier Talaâ. En effet, hommes et femmes, de tout âge, Marocains et étrangers, ont accompagné la troupe depuis Bab Boujloud jusqu’à Aïn Azliten, en passant par Talaâ Sghira, Derb Ahl Tadla et Talaâ Lekbira. Les musiciens français ont poursuit leur tournée en train touristique. L’occasion a permis d’offrir un peu partout cette musique. Selon Abdou Jouahri, directeur du festival, la manifestation a été une grande réussite. «Nous avons reçu un public de qualité dans des riads de la capitale spirituelle. Par ailleurs, plus de 10.000 personnes ont profité de spectacles gratuits donnés sur la place Bab Boujloud. Et c’est ce qui a rendu le festival de jazz un événement populaire», ajoute-t-il. A noter que l’édition 2006 a eu la particularité de réunir deux écoles de tendances différentes mais non opposées : l’école américaine et l’école française. Au total, 40 artistes ont animé la manifestation. Parmi eux, Carl Bobbish, le célèbre pianiste de Kansas city, et Ruth Bobbish, son épouse. Le couple a composé pour l’occasion une partition musicale dédiée à Fès. A l’image de tous les autres précédents soirs du festival, le public était au rendez-vous, encore plus nombreux et applaudissant chanteurs et musiciens lors de la clôture au Palais Mokri. Les prestations des célèbres Charles William, Ron Gutierrez et Al Williams ont également attiré des mélomanes de toutes les régions du Royaume. Les touristes étrangers étaient aussi au rendez-vous. Reste maintenant à pérenniser l’événement. Ce dernier peut sans nul doute participer à l’amélioration de l’activité touristique. D’autant plus que les professionnels du métier ont l’ambition de faire de la médina une ville touristique culturelle aussi prestigieuse et aussi prisée que Florence, Cordoue ou Grenade. Pour cela, il est nécessaire d’accompagner l’opération par plus de promotion sur les marchés émetteurs. Et proposer des packages avion plus hôtels ou maisons d’hôtes pour encourager les touristes à venir plus nombreux. De notre correspondant,Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc