×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Aïd-al-Adha
Kénitra: Les vendeurs tablent sur les deux derniers jours

Par L'Economiste | Edition N°:1695 Le 30/01/2004 | Partager

. Depuis mardi, les prix ont tendance à augmenterAu total, 200.000 moutons sont disponibles pour Kénitra et sa périphérie. Telles sont les estimations dans la zone dépendant de l'Office régional de mise en valeur agricole du Gharb (Ormvag). «Cette offre ne pouvait pas entièrement satisfaire la demande au niveau de la ville puisque nous estimons que 220.000 moutons vont être sacrifiés à l'occasion de l'Aïd», explique Abdellatif El Bouami, ingénieur responsable de l'alimentation animale à l'Ormvag. «Mais ce déficit a été vite comblé par des éleveurs venant de Sidi Slimane, Mnassra, Sidi Allal Tazi…», ajoute-t-il. C'est ce qui a fait d'ailleurs l'affaire de certains habitants. Ces derniers offrent en location leurs garages aux éleveurs à un prix moyen de 200 DH la journée. Le prix du loyer augmente lorsque le garage est situé à proximité des deux souks «officiels» que compte la ville. Ces derniers sont Souk Sabt (comme son nom l'indique, est un souk du samedi mais qui, à l'approche de l'Aïd, devient quotidien) et souk Oulad Oujih qui est situé dans la zone urbaine. Pour y accéder, les éleveurs doivent payer un droit d'entrée de 10 DH par tête. Selon les enquêtes quotidiennes réalisées par l'Ormvag, les prix restaient stables jusqu'à mardi, jour où il y a eu une tendance à la hausse. Les vendeurs misent donc sur les deux derniers jours avant l'Aïd. Beaucoup d'entre eux estiment leur marge entre 100 et 200 DH, la tête vendue. Les éleveurs qui attendraient la dernière minute pour vendre prennent un risque financier surtout pour les ovins engraissés (alimentation à base de concentré), fait remarquer un observateur. «S'ils n'arrivent pas à vendre, ils seront obligés soit de continuer le cycle d'engraissement, soit de laisser le mouton perdre du poids et donc perdre de l'argent. Et à cela s'ajoute la chute normale des prix après l'Aïd», explique-t-on à l'Ormvag. Côté race, c'est le Sardi qui est le plus demandé. Mais un vétérinaire explique que pour les personnes atteintes de cholestérol, il est conseillé de choisir les Timahdite car ils sont moins gras puisque leur alimentation est en général à base d'herbe. Jusqu'à mardi dernier, les prix variaient entre 1.500 et 2.200 DH pour l'antenais engraissé. Quant au bélier engraissé, les prix étaient entre 2.400 et 2.800 DH. Yacine AMINE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc