×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Agadir: Le sud-africain Kerzner, aménageur de Taghazout?

Par L'Economiste | Edition N°:1695 Le 30/01/2004 | Partager

. Un représentant du groupe aurait fait le déplacement sur les lieux en début de semaine. Il était accompagné d'un haut responsable du ministère du Tourisme La société Palais des Roses International (PRI), filiale du groupe Dallah Al Baraka, n'est pas encore démise, officiellement du projet de Taghazout que déjà de nouveaux promoteurs s'y intéressent. Pendant que les spéculations vont bon train sur une éventuelle attribution de la station à la CDG (Caisse des dépôts et de gestion), d'autres promoteurs se manifestent. Il y a quelques jours, un haut responsable du ministère du Tourisme a fait le déplacement à Agadir pour faire visiter à un investisseur le site. Selon des professionnels de la région, il s'agirait d'un représentant du sud-africain Kerzner International. Reconnu comme l'un des leaders mondiaux en matière de création de «destination resort», ce géant de l'aménagement, créé par le richissime homme d'affaires sud-africain Sol Kerzner, réalise un chiffre d'affaires annuel de 6 milliards de dollars pour un effectif de 6.500 personnes. Ses propriétés de très haute qualité sont implantées dans des régions choisies pour leur positionnement: île Maurice, Connecticut, Afrique du Sud, Bahamas, Dubaï. Atlantis, situé aux Bahamas et comptant une capacité hôtelière de 2.300 chambres, est l'un des principaux resorts du groupe. Considéré comme étant le plus gros poisson des concurrents du plan Azur, il est l'aménageur-développeur retenu pour la station de Mazagan. Se verra-t-il attribuer également Taghazout, pour y construire un complexe Sun City, tel qu'il l'a réalisé en Afrique du Sud? seul l'avenir nous le dira. Du côté du ministère du Tourisme, c'est le mutisme complet, le département refusant de communiquer pour le moment sur Taghazout. Les responsables interrogés se limitent à répondre qu'il n'y a rien de nouveau concernant cette station. Il semble que le dossier soit très sensible, peut-être en raison du manquement de PRI à ses engagements. En effet, l'aménageur-développeur devait démarrer les travaux de la première tranche début 2004. Mais les dossiers techniques présentés pour l'obtention de l'autorisation de lotir ont été refusés à deux reprises car jugés non satisfaisants. Pourtant, les engagements des uns et des autres dans la convention conclue entre PRI et le gouvernement marocain en juillet 2002 avaient été clairement définis dans un document de 260 pages. Les pouvoirs publics n'ont en tout cas pas manqué à leurs obligations. Les travaux hors site à leur charge sont bien engagés et dans les délais. Pour rappel, Taghazout est le navire amiral du programme des stations balnéaires du plan Azur. A elle seule, la station représente 20% de l'objectif d'extension de l'offre balnéaire visé par l'accord-cadre (130.000 lits). Dans le milieu des opérateurs du tourisme à Agadir, l'allusion à une éventuelle attribution de Taghazout à Kerzner fait beaucoup d'effets. Il faut dire que sa présence constitue un véritable coup de pub pour le tourisme marocain et devrait attirer l'attention d'autres grands sur la destination.


PRI: Les créanciers toujours impayés

Le litige qui oppose depuis plusieurs mois PRI, propriétaire de l'hôtel Palais des Roses à Agadir et ses créanciers, n'est toujours pas réglé. Les fournisseurs qui ont participé à la réalisation de l'établissement n'ont toujours pas été payés. Maître Ali Kettani, avocat de plusieurs créanciers, envisage de solliciter prochainement la Justice pour la mise en liquidation du fonds de commerce de l'hôtel. Très médiatisé ces dernières semaines, ce conflit a fait beaucoup d'ombre au projet de Taghazout. Il a attiré l'attention d'un grand nombre d'observateurs à tel point que l'on en a presque oublié ce que devait être l'ambitieux programme de cette station. De notre correspondante, Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc