×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Agrumes: Le Souss Massa, zone pilote de lutte intégrée

    Par L'Economiste | Edition N°:2881 Le 15/10/2008 | Partager

    . Programme pour combattre la mouche méditerranéenne . L’expérience menée sur 4.000 ha «CELA ne sert à rien de faire cavalier seul pour vaincre les fléaux sanitaires qui guettent la culture des agrumes. Il faut une stratégie commune». C’est le constat exposé lundi dernier à Agadir lors de la Conférence régionale sur la qualité et la sécurité des chaînes et des réseaux d’approvisionnement pour le secteur des agrumes entre les pays méditerranéens et l’Union européenne. La rencontre, qui a réuni plus de 200 chercheurs, était organisée par l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II en collaboration avec l’Union européenne à travers son projet Euromed Citrus Net. Le choix d’Agadir pour abriter la manifestation n’est pas le fait du hasard. La station balnéaire est au cœur de la première zone agrumicole du Royaume et fournit plus de 65% des volumes exportés vers les marchés étrangers. Sur ces places, les importateurs sont de plus en plus exigeants quant à la nature des intrants utilisés dans la culture des agrumes et des primeurs. C’est notamment dans ce contexte que s’est développée la lutte intégrée basée sur des méthodes biologiques dans le secteur des primeurs et des agrumes. Des cultures qui, à travers le monde, doivent faire face à de multiples fléaux. La mouche méditerranéenne ou cératite est un des ravageurs des plus connus. Pour y faire face, le Maroc développe actuellement un programme de lutte intégrée qui consiste en l’implémentation de la technique de l’insecte stérile. Tout a commencé en 2006 par la constitution de l’Association de lutte biologique contre les ravageurs des agrumes et primeurs (ALBRA), précise Dr Malika Bounfour, responsable du programme TIS (technique des insectes stériles). Par la suite, un site fut choisi et aujourd’hui le programme, initié par le ministère de l’Agriculture en partenariat avec les professionnels, est mené sur 4.000 ha dans le Souss Massa au niveau de la zone de Oulad Berhil. Il est question de couvrir dans un délai de six ans les 32.000 ha d’agrumes qu’abrite le Souss Massa. Le programme devrait par la suite être étendu à d’autres régions agrumicoles. En attendant, le projet nécessite une enveloppe annuelle de 12 millions de DH. Un montant financé à hauteur de 80% par la profession. La responsable du programme espère lever d’autres financements surtout que la réalisation de tout le programme dans le Souss va nécessiter à terme un montant de 40 millions de DH. Par ailleurs, il est éventuellement question de mettre en place une unité de production d’insectes stériles. Pour le moment, ceux qui sont utilisés sont importés du Portugal. De notre correspondante, Malika ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc