×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

Achat de voix/Parlement
Le nombre d’élus condamnés passe à huit

Par L'Economiste | Edition N°:2416 Le 06/12/2006 | Partager

. Saoud du Parti de l’Istiqlal condamné à un an de prison ferme. Ce MRE ne compte pas interjeter appel . Un seul élu acquitté Les procès des élus accusés d’achat de voix pour les élections du 8 septembre dernier se suivent et se ressemblent. A l’exception de Mohamed Benmassoud de l’USFP élu pour la région d’Essaouira, tous les verdicts rendus à l’heure où nous mettions sous presse condamnent les accusés à des peines d’emprisonnement ferme ou avec sursis. La dernière condamnation en date est celle de Mohamed Saoud du Parti de l’Istiqlal. Ce MRE élu pour la région de Larache a écopé d’un an de prison ferme, de 60.000 DH d’amendes et de l’inéligibilité pour une période de dix ans. Contacté par L’Economiste, Saoud indique, avec une grande amertume, “qu’il a perdu toute confiance en la justice marocaine”. Convaincu de son innocence, Saoud ne compte pas pour autant interjeter appel, au risque de se retrouver en prison dès la semaine prochaine. “J’ai la ferme certitude que la justice n’a pas été indépendante en première instance et qu’elle ne le sera nullement au second degré. Pourquoi faire appel alors, si je suis sûr que le verdict rendu en première instance sera confirmé?” fait mine de s’interroger Saoud. Et d’ajouter, “si le gouvernement veuille que j’aille en prison autant le faire tout de suite”. Signalons à cet effet, que tous les autres élus condamnés à la prison ferme ne sont pas incarcérés. Et pour cause, ils ont comparu devant le tribunal en état de liberté provisoire. Etant donné que l’appel est suspensif, le tribunal leur accorde un délai de 10 jours pour contester devant la Cour d’appel le verdict rendu en première instance. S’ils interjettent appel, le jugement rendu en première instance est alors suspendu (et reste sans effet) jusqu’à ce qu’il soit confirmé ou infirmé en appel. Des 11 élus accusés, huit ont donc été condamnés et un seul acquitté. Il ne reste plus que Mohamed Jebha, élu de la région d’Agadir, et Mohamed Mouhadab pour la région d’El Jadida. Les verdicts concernant les deux accusés devraient tomber avant la fin de cette semaine.Naoufal BELGHAZI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc