×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Abbas-Arafat: Stratège pour éviter la rupture

Par L'Economiste | Edition N°:1572 Le 31/07/2003 | Partager

. Les deux hommes avaient refusé de se voir pendant toute une semain en juilletC'est ce qu'indique le Premier ministre palestinien Mahmoud Abbas: «Mes relations avec le président de l'Autorité palestinienne Yasser Arafat sont bonnes«. Il a qualifié, de ce fait, de «normaux« les différends qui existent entre eux. Le Premier ministre palestinien juge que les désaccords sont chose normale dans tous les Etats du monde. Ce sont le signe d'un bon débat et d'une négociation qui ne peut être que fructueuse pour la réalisation de la paix sociale et économique pour le peuple palestinien. Concernant ses relations personnelles avec Arafat, il a indiqué que celles-ci ne touchent pas au fond à la stratégie de l'autorité, ni à la relation historique entre les deux responsables. Abbas a présenté sa relation avec Arrafat comme un contrat ayant une ligne directive basée sur trois principes: pas de divorce, pas de séparation et pas d'éloignement l'un de l'autre. En même temps, il a minimisé ses divergences avec le président Arafat quant à la démarche à suivre dans les négociations. Malgré ce discours tempéré, les relations entre les deux responsables avaient à plusieurs reprises frôlé la rupture avant et après son entrée en fonction, le 30 avril. A noter que les deux hommes, Arafat et Abbas, avaient refusé de se voir pendant une semaine en juillet, à la suite d'un profond désaccord sur l'attitude jugée trop modérée du Premier ministre dans les discussions avec son homologue israélien Ariel Sharon. D'ailleurs, c'est cette attitude qui a coûté au chef de l'autorité palestinienne d'être boycotté par l'administration Bush et les responsables israéliens, avec à leur tête Ariel Sharon. L'accueil que le président américain George W. Bush et son administration avaient réservé à Abbas est révélateur. Il contraste nettement avec le traitement réservé à Arafat par les Américains, qui le boycottent et font tout pour l'isoler. Abbas a été ferme quant au traitement qui doit être réservé au président palestinien. Il a indiqué qu'il fera tout son possible pour appuyer une levée du siège imposé à Arafat par Israël depuis 19 mois.N Bo (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc