×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

GNL: Un duo franco-danois conseillera l’ONEE

Par Safall FALL | Edition N°:4805 Le 29/06/2016 | Partager
Sofregaz/Ramboll retenus pour accompagner le projet Gas to Power
98 offres pour un marché de plus de 4,5 milliards de dollars

C’est fait. L’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) a finalement opté pour un tandem franco-danois pour l’assister et le conseiller dans le développement et le déploiement du projet Gas to Power. Il s’agit du consortium Sofregaz/Ramboll. Le premier est l’un des majors mondiales de la filière gazière. L’opérateur français est présent sur toute la chaîne de valeur de l’industrie gazière. Il est actif dans près de 70 pays dans le monde et sur plus de 850 projets gaziers. Ses expertises vont de la collecte de la ressource à la regazéification, en passant par le stockage souterrain et le transport. Quant au danois Ramboll, c’est une société d’ingénierie qui opère déjà dans divers secteurs majeurs que sont l’énergie, évidemment, le transport et la construction dans plusieurs marchés internationaux. Le contrat d’assistance et de conseil techniques que le groupement vient de décrocher auprès de l’ONEE porte sur un montant d’un peu plus de 10 millions de DH. Le cahier des charges est clair: épauler l’Office dans le déploiement du projet Gas to Power.
Ce programme est le regroupement de cinq gros lots de projets d’infrastructures de collecte, stockage, transport et de production électrique. Le tout, pour un investissement global qui dépasse les 4 milliards de dollars. Le premier projet porte sur une jetée maritime de débarquement du gaz naturel liquéfié (GNL) sur le site portuaire de Jorf Lasfar, pour un coût global de réalisation de 600 millions de dollars. Un terminal de regazéification sera adossé à cette infrastructure pour rendre la ressource à l’état gazier, intégrant des bas de stockage, pour une facture globale estimée à 800 millions de dollars. Des bretelles sont aussi prévues pour le raccordement de la plateforme gazière de Jorf aux centrales à cycle combiné (CCGT) prévus dans le programme, ainsi que des cavités souterraines de stockage. Le tout sera connecté à un réseau de 400 km de gazoduc qui devrait relier le terminal GNL de Jorf au gazoduc Maghreb-Europe transitant par le Royaume pour transporter le gaz algérien vers ses clients européens. Le Maroc perçoit une redevance en nature en guise de droits de passage sur son territoire. Le programme  Gas to Power intègre aussi la construction de quatre CCGT alimentées au gaz naturel. Ces structures de production électrique devraient dépasser une puissance installée cumulée de 2.400 MW. Elles seront alimentées directement à partir du terminal gazier de Jorf.
Il y a quelques semaines, l’ONEE annonçait les développeurs potentiels alignés sur ce méga-projet, dans le cadre d’un appel d’offres international à plusieurs phases. Au terme de l’étape de la manifestation d’intérêt, lancée le 28 décembre 2015, 93 offres de plus d’une vingtaine de pays, dont 7 portées par des opérateurs nationaux, ont été reçues par l’Office. «L’objectif était d’inviter les développeurs à exprimer leur intérêt et confirmer leurs intentions et capacités à développer, concevoir, financer, construire, exploiter et maintenir l’ensemble des infrastructures du projet», explique-t-on auprès de l’ONEE. L’organisme se projette sur une mise en exploitation dès 2021.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc