×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Dossier Spécial

    Enseignement supérieur: Le défi des universités

    Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:4804 Le 28/06/2016 | Partager
    Aller vers des filières plus professionnalisantes et se rapprocher du monde du travail
    Les régions devront jouer un rôle important dans cette transformation
    universite_004.jpg

    151.000 nouveaux bacheliers -admis à la 1re session des épreuves du baccalauréat- viendront enrichir les rangs des étudiants au sein des universités. Celles-ci déploient aujourd’hui des batteries de formation pour parfaire le know-how et les soft skills de ces étudiants, afin qu’ils adhèrent aux attentes du monde du travail (Ph. BM)

    Avec ses nouvelles prérogatives, la Région devra jouer pleinement sont rôle de locomotive dans le développement du territoire sur le plan économique et social, et surtout dans la création de l’emploi au niveau de son territoire. Le ministre de l’Emploi Abdeslam Seddiki l’a rappelé d’ailleurs lors des dernières assises régionales tenues à Rabat.
    L’Anapec qui souhaite accompagner la stratégie nationale de l’emploi pensée par le département de Seddiki a jugé bon d’adapter ses objectifs en fonction du potentiel de chaque région. Elle propose ainsi un éventail de mesures complémentaires aux mesures nationales de promotion de l’emploi. La mise en place de ces mesures nécessite au préalable la réalisation d’un diagnostic partagé de l’emploi pour chaque Région et surtout une implication des acteurs locaux.
    La Région de Tanger ouvre le bal avec une enveloppe de 62 millions de DH destinée à renforcer la capacité d’accueil de l’université Abdelmalek Essaâdi et créer de nouvelles filières, un exemple à suivre. C’est le rêve de plusieurs présidents d’universités marocaines: avoir un appui et surtout un engagement de la Région dans la vie universitaire.
    Cet engagement permettra à l’université et aux élus de penser ensemble l’évolution de la Région. Si l’image de la fabrique à chômage colle encore à l’université à cause des difficultés croissantes des diplômés à trouver un emploi, certaines ont entamé des stratégies de rapprochement avec le milieu du travail. Objectif: former en adéquation avec les besoins des entreprises, qu’elles soient nationales ou internationales. L’automobile, l’aéronautique, le ferroviaire sont des secteurs forts d’emplois présents et futurs pour le Maroc. Les FST, comme on les appelle dans la profession, ont démontré que l’on peut faire bouger les montagnes et aujourd’hui, les entreprises s’arrachent leurs lauréats dans le génie civil, le génie énergétique et l’informatique. Parler des métiers mondiaux de demain, c’est aussi miser sur les énergies renouvelables, l’IT, la communication version 2.0 ou le tourisme. Des secteurs qui font miroiter une nouvelle génération de postes à forte valeur ajoutée de techniciens spécialisés à informaticiens, en passant par les formateurs, logisticiens, auditeurs ou consultants. Dans cet objectif, l’Université Internationale de Rabat propose de nouvelles formations avec la faculté de médecine dentaire et l’Ecole d’ingénierie automobile, et des filières comme l’ingénierie aérospatiale, les énergies renouvelables ou l’architecture. Certes, la mission première de l’université est de créer des savoirs et de former des citoyens, elle ne peut pas non plus ignorer la préoccupation première, à savoir l’intégration de leurs enfants sur le marché de l’emploi.
    A Tanger par exemple, la Région devra aussi participer au financement de plusieurs centres à l’Université répartis entre Tanger et Tétouan dont un centre de prototypage et de modélisation en 3D ainsi qu’un centre de design. Aujourd’hui, s’il y a une autre urgence, c’est bien celle de l’orientation, une étape décisive dans la vie de l’étudiant. Reste à lui donner accès à une information claire, efficace et en phase avec les réalités de terrain. Les facultés publiques ne communiquent pas souvent même si elles ont introduit un grand nombre de filières professionnalisantes.
    L’initiative de l’Usaid qui vient de créer des Career center au sein des facultés à Marrakech et à Tanger devrait justement aider à orienter les étudiants et les soutenir dans leur recherche de leur premier emploi.

    Télécharger l'intégralité du dossier spécial sous format Pdf

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]miste.com
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc