×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Dattes: Le concept de frigo cartonne

Par Sabrina BELHOUARI | Edition N°:4799 Le 21/06/2016 | Partager
L’unité de stockage de dattes à Zagora écoule la totalité de son stock
Un bon chiffre d’affaires lors de la saison pré-Ramadan
dattes_099.jpg

La performance de cette année est le fruit d’un long travail de sensibilisation pour convaincre les agriculteurs de la palmeraie de Ternata à ramener leurs productions de dattes au frigo. Ils avaient du mal à valoriser leur produit du fait que la période de grande consommation (Ramadan et Achoura) est en décalage avec la période de production (Ph. BZ)

Voici un projet d’unité de conditionnement et de stockage de dattes qui, pour sa première année, réalise une performance plus que prometteuse. Le frigo, qui a démarré son activité en octobre 2015 au profit des coopératives de la palmeraie Ternata, dans la province de Zagora, a réussi à écouler la totalité des 300 tonnes de stock de dattes. Ce volume qui représente plus de 70% de la capacité du frigo (400 tonnes) a été entièrement écoulé en avril. Les 200 agriculteurs réunis dans 11 coopératives du Groupement d’intérêt économique de la palmeraie Ternata ont ainsi réalisé un très bon chiffre d’affaires, puisqu’ils ont vendu à un très bon prix. Ce projet a été lancé dans le cadre des projets du Millenium Challenge Account (MCA), en partenariat avec l’Agence nationale du développement des zones oasiennes et de l’arganier (ANDZOA) et l’Office régional de mise en valeur d’Ouarzazate. Le projet a nécessité un investissement de 11,9 millions de DH. «Pour sa première année, le GIE Ternata, ne disposant pas de ses propres parts de marché, a exceptionnellement vendu une part alors que l’autre part a été vendue par les agriculteurs eux-mêmes chacun auprès de ses clients habituels», note Najib Abdelouahab, président du GIE. Ceci dit, les dattes portent le logo du GIE. Cette procédure a été nécessaire pour le démarrage. Ainsi, le scepticisme des agriculteurs au départ laisse place désormais à la confiance. Cette confiance se confirme avec l’adhésion de 4 nouvelles coopératives pour la prochaine saison. Cette performance est le fruit d’un long travail de sensibilisation pour convaincre les agriculteurs à ramener leurs productions au frigo. Les agriculteurs de la palmeraie de Ternata n’arrivaient pas à valoriser leur produit du fait que la période de grande consommation (Ramadan et Achoura) est en décalage avec la période de production. Celle-ci se situe entre fin août pour les variétés précoces et décembre. Les agriculteurs, pressés de vendre leurs récoltes par crainte de détérioration de la qualité, ne faisaient guère de bénéfices. Les intermédiaires, eux, ont les moyens de transporter et entreposer la production dans les frigos des grandes villes. Pour cette année, les prix des dattes stockées ont pris de la valeur. Il faut savoir qu’au niveau du frigo, les dattes entreposées bénéficient de plusieurs opérations pour la mise en valeur: triage, emballage, conditionnement et enfin le stockage dans une température convenable. L’emballage porte la marque du GIE Ternata, ce qui constitue un gage de qualité sur le marché. Ainsi, pour cette saison, le Majhoul, une variété prisée dans le marché marocain, a été vendu à des prix allant de 90 à 150 DH. Le Feggouss a pu être vendu de 30 à 70 DH, alors que le prix du Jihel est allé de 15 à 35 DH. Pour les autres variétés, les prix sont variables mais restent très corrects. «La réussite de ce projet tient avant tout du fait que le revenu ait profité directement à l’agriculteur, c’est le but essentiel du projet», ajoute Ahmed Besbes, conseiller mobile du projet de développement des filières du safran et du palmier dattier dans la région du Souss-Massa et Drâa.
Le contrat-programme de la filière palmier dattier réussit ainsi à dépasser un des obstacles majeurs en aval de la filière, par la valorisation du produit directement auprès des bénéficiaires de la filière. La période précédant le Ramadan étant la meilleure saison qui permet de réaliser les meilleurs prix, devient à la portée des agriculteurs de Ternata.
Selon les derniers chiffres du ministère de l’Agriculture, l’approvisionnement du marché national au cours du mois de Ramadan sera assuré principalement par les stocks issus de la production nationale de la campagne précédente et des importations réalisées ou à réaliser avant l’avènement du mois de Ramadan.  Le Maroc disposera d’une offre de 37.000 tonnes pour une demande qui se situe entre 27.000 et 30.000 tonnes. Pour l’importation, les dattes proviennent principalement de l’Egypte, les Emirats arabes unis, l’Algérie et la Tunisie. Pour cette saison, les dattes de Tunisie ont présenté des défauts dans la qualité, ce qui a diminué les volumes d’importation, au profit de la marchandise locale. Le GIE Ternata a eu pour priorité cette première année de gagner la confiance des agriculteurs. Chose faite. L’obtention de l’autorisation sanitaire pour pouvoir écouler la marchandise au niveau des marchés organisés (Marjane, Aswaq Assalam, etc) sera la priorité dans la stratégie de la saison prochaine. Le GIE vise également à constituer un fonds de roulement suffisant pour prendre en charge l’ensemble des opérations. Chose qui n’est pas facile, vu la difficulté d’obtention de financement avec pour garantie les coopératives membres du GIE.

La commercialisation, un axe clef

Le contrat-programme de la filière du palmier dattier vise depuis le départ la mise à niveau de la filière dattes, principale ressource économique des zones oasiennes. Il a fallu la réhabilitation et la reconstitution des palmeraies existantes sur une superficie globale de 48.000 ha. D’abord à travers la création de nouvelles plantations, à l’extérieur des palmeraies, sur une superficie de 17.000 ha.  Le programme vise ainsi la valorisation d’un tonnage global de 110.000 t, soit près de 70% de la production attendue à l’horizon 2020, dont 70.000 t en dattes fraîches conditionnées, 20.000 t en produits transformés et 20.000 t en aliments de bétail. Néanmoins, la commercialisation constitue l’aboutissement de tous les efforts pour la réussite des différentes actions du contrat-programme. C’est ainsi que l’installation d’unités d’entreposage frigorifique en vue de la préservation de la qualité des dattes, notamment, pour faire face au décalage croissant de la période de production par rapport à la période de forte consommation, était parmi les axes clefs pour la filière.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc