×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Daech perd du terrain

Par Ahlam NAZIH | Edition N°:4788 Le 06/06/2016 | Partager
L’armée syrienne rentre à Raqa pour la première fois depuis 2014
Le groupe terroriste subit aussi des défaites en Irak et en Libye

Les offensives contre le groupe Etat Islamique (EI) commencent à donner leurs fruits. Samedi dernier, pour la première fois depuis deux ans, l’armée syrienne, soutenue par les frappes des avions de son allié russe, est entrée dans la province de Raqa. Son objectif numéro un est de reprendre Tabqa (à 40 km de Raqa), envahie par l’EI en 2014. Cette ville, située sur l’Euphrate, abrite une prison contrôlée par l’EI ainsi qu’un aéroport militaire. L’opération a entraîné la mort de 26 jihadistes et 9 combattants pro-régime. Elle intervient à une dizaine de jours du lancement de l’offensive de la coalition arabo-kurde des Forces démocratiques syriennes (FDS) dans la même province, appuyée par les Américains. La coalition, qui avance également vers Tabqa, a déjà chassé l’EI des villes de Tall Abyad et d’Aïn Issa. Elle compte 3.000 combattants arabes locaux et environ 500 miliciens kurdes.
Les FDS cherchent aussi à s’emparer de la ville de Minbej, dans la province voisine d’Alep, principale voie de ravitaillement entre Raqa, considérée comme la capitale de l’organisation terroriste, et la Turquie. Depuis le lancement des attaques début juin, les FDS ont pu s’emparer de 34 villages et fermes autour de Minbej.
L’EI fait ainsi face à trois offensives majeures en Syrie: deux à Raqa et une à Alep, toujours meurtrie par les frappes aériennes du régime contre les rebelles.
Le groupe terroriste essuie également des défaites en Irak et en Libye. En Irak, les forces gouvernementales tentent de reprendre Fallouja (à une cinquantaine de km à l’ouest de Bagdad). Samedi dernier, elles ont réussi à libérer une localité à l’ouest de la ville.
En Libye, les forces du gouvernement libyen d’union nationale (GNA) ont conquis samedi une importante base aérienne, «Al-Gordabiya», près de Syrte, le fief des jihadistes (à 450 kilomètres à l’Est de Tripoli). Les forces du GNA ont, par ailleurs, annoncé la libération de la localité d’Abou Hadi, à 15 km au sud-est de Syrte. Mercredi dernier, elles avaient pris le contrôle de la centrale thermique de Syrte située à environ 23 km du centre-ville.
Le succès de ces opérations redonne espoir à la communauté internationale. Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a même affirmé vendredi soir que le groupe Etat islamique recule «très significativement» et qu’il allait «perdre militairement et être éliminé». «Si l’EI perd son fief de Mossoul en Irak, c’est le début de la fin pour lui», a-t-il estimé. «Ils ont beaucoup moins d’argent, de pétrole vendu, d’attractivité», a poursuivi le ministre.
La libération de Raqa en Syrie et de Mossoul en Irak affaiblira considérablement l’EI. Mais sur le terrain, ce ne sera pas facile.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc