×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    International

    La facture des importations alimentaires au plus bas

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:4788 Le 06/06/2016 | Partager
    Pour la première fois, sous la barre de 1000 milliards de dollars, selon la FAO
    Stabilité des prix sur les marchés des produits agricoles

    Avec des perspectives de production prometteuses et des stocks en abondance, le marché mondial des produits agricoles devrait rester stable en 2017. D’après les nouvelles estimations de la FAO, «la diminution des prix alimentaires par rapport à l’année dernière signifie que la facture des importations alimentaires pourrait atteindre 986 milliards de dollars cette année». Se situant ainsi, pour la première fois depuis 2009, en-dessous des mille milliards de dollars. En 2016, la production de blé dépassera son utilisation. Cela renforcera les stocks de la céréale la plus consommée au monde, qui atteindront leur plus haut niveau en 15 ans. C’est en Chine et aux Etats-Unis que des augmentations considérables seront enregistrées.
    Fait marquant, la consommation de blé baissera de manière marginale alors que les agriculteurs s’orienteront vers le maïs pour nourrir le bétail. Il s’agit d’une alternative qui gagne en popularité en Chine, où la décision du gouvernement de diminuer les réserves de maïs devrait vraisemblablement relancer la consommation de cette céréale secondaire. Cette mesure devrait avoir un impact sur les marchés internationaux: «entraînant une forte baisse de la demande d’orge et de sorgho». Aussi, la diminution des échanges internationaux pourrait intensifier la concurrence entre les principaux exportateurs, a indiqué la FAO.
    La décision de débloquer les stocks gouvernementaux affectera probablement les prix du riz. Ces derniers ont commencé à se stabiliser à la fin de l’année 2015 après une baisse prolongée et ont rebondi en mai.
    Globalement, le prix des produits de grande consommation a eu tendance à baisser. C’est le cas des produits laitiers qui devraient rester faibles, débouchant sur une baisse de la production. Toutefois, les tarifs du poisson demeureront contenus en raison d’une production aquacole en plein essor. De manière générale, la production de viande devrait rester stable même si la production avicole (principalement destinée à l’exportation) devrait augmenter.
    Des pressions à la hausse sur les prix des huiles végétales sont probables en raison des lourdes pertes, dues au phénomène El Niño, qui ont affecté la production de soja en Amérique du Sud et celle d’huile de palme en Asie du Sud-Est. Les perspectives de production ont donc été dégradées. Pour la première fois en 18 ans, la production mondiale d’huile de palme devrait diminuer.

    Une production céréalière en hausse

    La FAO a revu à la hausse ses prévisions de la production céréalière pour 2016, la situant autour des 2.543 millions de tonnes, soit juste 0,7% en-dessous du niveau record de 2014. Parallèlement, la consommation mondiale de céréales devrait atteindre les 2.546 millions de tonnes lors de l’année de commercialisation et se démarquer légèrement des prévisions publiées en mai. Au même moment, les projections concernant les stocks mondiaux de céréales ont été revues à la hausse pour atteindre les 642 millions de tonnes, soit deux millions de tonnes de moins que leur plus haut niveau, en raison d’une révision historique des stocks de blé en Chine. A noter que les échanges mondiaux de céréales devraient baisser de 1,9% par rapport à l’année dernière pour atteindre les 369 millions de tonnes.

     

     

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc