×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1233 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1233 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1243 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1247 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Entreprises

Aéronautique
Boeing jouera à fond la carte du sourcing

Par Safall FALL | Edition N°:4761 Le 28/04/2016 | Partager
L’avionneur finalise de nouveaux contrats d’approvisionnement en pièces
Disponibilité des RH, coût du travail et formation… Les atouts
Matis enclenche la montée en régime
bob_noble_061.jpg

Pour Bob Noble, Vice-président, Partnering for Success, Boeing Commercial Airplanes, le Maroc a trouvé sa place dans la carte aéronautique mondiale (Ph. Jarfi)

Matis, CasAero…L’avionneur américain Boeing est l’un des premiers majors du secteur mondial de l’aéronautique à avoir misé sur la destination d’investissement marocaine... Et est loin de regretter d’avoir pris le risque. Le géant constitue, à lui seul, un bon argument marketing pour la nouvelle politique industrielle du Royaume, élaborée autour des métiers mondiaux et matérialisée par le Plan d’accélération industrielle (PAI). Le groupe compte augmenter ses approvisionnements à partir du Maroc. Diagnostic.

- L’Economiste: Boeing vient de finaliser un nouveau contrat auprès de Figeac-Aero Maroc. Concrètement, en quoi consistera ce partenariat?
- Bob Noble:
Ce contrat porte sur la production de composantes destinées au nouveau programme Boeing 777X. Il s’agit plus particulièrement de la fabrication des stabilisateurs horizontaux (HSTA) destinés à équiper les appareils que nous allons produire. Nous avons donc signé cet accord, à long terme avec Figeac Aero Maroc pour nous aider, non seulement à fabriquer cette composante complexe, mais aussi à travailler sur sa conception.

- Il est clair que vous renforcez, par ce contrat, votre positionnement industriel sur le marché local. Le Maroc a dû gagner du galon dans votre stratégie globale…
- C’est clair. Je pense que le Maroc contribue beaucoup à la réduction de nos coûts de production, mais aussi à stabiliser notre chaîne d’approvisionnement en pièces et composantes aéronautiques. La société Matis est un bon exemple. Elle a pu, au fil des années, développer l’efficacité de son outil de production et améliorer ses indicateurs de performance, notamment sur les délais de livraison. Cette entreprise est un modèle d’investissement réussi dans nos benchmarks les plus élevés, et nous pousse à vouloir faire davantage à partir de la plateforme industrielle marocaine.

- Quel est le top 3 des atouts qui favorisent le Maroc face à ses destinations concurrentes ?
- Je vais vous surprendre: ressources humaines, ressources humaines et ressources humaines… Le Maroc dispose d’une importante valeur ajoutée et une offre extrêmement compétitive sur cet aspect. Cela, aussi bien en termes de disponibilité en quantité, que de qualité des profils, mais aussi de coûts.  Depuis nos premiers investissements à MidParc, nous avons été agréablement surpris par la rapide montée en compétence des ressources disponibles dans cette industrie.  On retrouve aussi un support important auprès du gouvernement et du secteur privé dans la formation des talents, ce qui est très appréciable.
- Après la Chine, la Californie, une des grandes plateformes industrielles de l’aéronautique mondiale, vient de revoir à la hausse son SMIG horaire. C’est le genre d’avantages qui pourraient indirectement favoriser le Royaume, à terme?
- Certainement. Le coût du travail au Maroc reste de toute façon extrêmement favorable. Mais ce n’est pas le seul critère qui fait l’attractivité d’une destination d’investissement. J’insiste encore sur la disponibilité des compétences sur les profils de pointe. L’industrie aéronautique est extrêmement sensible aux compétences pour son développement. Sur ce point, je pense que le Maroc a de bons acquis. Lors d’une récente visite à Seattle, aux Etats-Unis, j’ai d’ailleurs fait comprendre à Moulay Hafid Elalamy, le ministre de l’Industrie, qu’il est un bon businessman, mais il a la chance d’avoir un bon produit.

- Quelle est la valeur globale d’achats et de sourcing potentiel à partir du Maroc, sur les 5 prochaines années, pour accompagner la hausse de vos carnets de commandes?
- Je n’ai pas de chiffres spécifiques à vous annoncer, mais je sais tout de même que le Maroc restera  une importante destination d’investissement et d’achats pour Boeing. Nous avons évidemment des objectifs chiffrés sur nos opérations à partir de ce marché. Mais l’inconvénient avec les objectifs, c’est que lorsque nous les atteignons, l’on a toujours l’impression d’avoir établi le plein potentiel. La philosophie industrielle de Boeing, au Maroc et dans le monde, est de s’inscrire dans une démarche plutôt long-termiste et de pouvoir saisir toutes les opportunités qui pourraient être identifiées, en investissant à chaque fois que le besoin se présente. C’est quelque chose dont nous sommes vraiment fiers. Au Maroc, nous avons démarré Matis en 2001 et Casa Aero, un peu plus tard, dans le cadre d’une joint-venture avec la RAM. A partir de ce moment, de nombreux autres fournisseurs internationaux, dont certains sont déjà des fournisseurs chez nous, se sont implantés pour développer des activités au Maroc. C’est le cas d’Hexcel, par exemple. C’est justement cet effet d’entraînement que nous cherchons à promouvoir.

- Justement, où en êtes-vous avec Matis?
- Le programme d’extension du site industriel de MidParc est en cours et avance à grands pas. Nous avons confié à cette société plusieurs nouveaux contrats. Elle devrait, dès cette année, dépasser la barre des 1.000 emplois, contre seulement 100 à 150 personnes collaborateurs au lancement de l’activité. Matis a continué à contracter ses coûts et à renforcer son efficacité opérationnelle. Au final, elle est bien partie pour devenir la plus importante joint-venture de l’activité commerciale de Boeing dans le monde. Ces résultats confortent notre positionnement industriel au Maroc.

Boeing, en 2016, ce sera…

93 à 95 milliards de dollars de chiffre d’affaires prévisionnel

740 à 745 avions commerciaux à livrer

Un carnet de commandes global de 489 milliards de dollars… dont 83 milliards de dollars de commandes nettes enregistrées en 2015

96 milliards de dollars de chiffre d’affaires à fin 2015

3,1 milliards de dollars de cash-flow opérationnel (2015)

12,1 milliards de dollars en liquidités et titres négociables

Propos recueillis par Safall FALL

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc