×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Finances-Banques

    Efficacité énergétique
    La BP renforce son dispositif à l'endroit des PME

    Par Franck FAGNON | Edition N°:4757 Le 22/04/2016 | Partager
    Des montages avec la SIE et le trio Berd-AFD-KfW
    Le financement des projets "verts" assorti de conditions préférentielles
    Relation banque/entreprise: la transmission de la notation pas encore effective
    soumia_alami_ouali_057.jpg

    Soumia Alami Ouali, directeur général adjoint Pôle Banque de la PME à la BP: "Le profil de risque d’une entreprise qui se préoccupe de la chasse au gaspillage et de l’optimisation de ces charges est meilleur, ce qui permet d’accéder à des bonifications de taux sur les crédits" (Ph. L'Economiste)

    L'efficacité énergétique ne se fera pas sans financement. Les banques constituent des acteurs indispensables pour atteindre cet objectif. Au-delà du financement des projets de grande taille, la BP va renforcer son soutien aux programmes développés par les PME. "L'accompagnement des projets liés à l'efficacité énergétique des PME est naissant, mais ce qui compte, c’est surtout le potentiel immense de croissance de ce gisement", relève Soumia Alami Ouali, directeur général adjoint Pôle Banque de la PME à la BP. Le forum organisé par le groupe récemment a donné l'occasion aux experts d'exposer les enjeux et intérêts de l'utilisation des énergies propres à 300 entreprises.
     
    - L'Economiste: Marrakech abritera la COP22 dans quelques mois. Comment la BP compte se positionner sur les questions de transition énergétique?
    - Soumia Alami Ouali:
    Nous intervenons depuis quelques années sur les projets liés à la transition énergétique du Maroc, notamment par le  financement d’infrastructures de parcs éoliens. Nous soutenons également les opérateurs privés, et tout particulièrement les PME, car ils sont avant tout concernés par l’efficacité énergétique qui impacte fortement l’optimisation de leur compétitivité. Et s’agissant d’une thématique complexe, nous les accompagnons dans les différentes étapes de leur transformation qui nécessitent du financement. Le forum organisé (ndlr: 20 avril) en faveur de 300 entreprises relève du dispositif d’information et de sensibilisation des entreprises que nous avons mis en place. Ce forum  permet à la fois d’écouter des experts nationaux et étrangers, de décrire les enjeux et intérêts de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables, de découvrir des success stories et d’être informés de l’ensemble des mesures et dispositifs à leur disposition.
    - Quel est le dispositif  du groupe sur ce créneau?
    - Le groupe BP intervient en proposant à la fois de l’information et de la sensibilisation. Par ailleurs, nous avons conclu plusieurs partenariats dont un avec la Société d'investissements energétiques (SIE). Il permet aux opérateurs qui développent des projets plus importants et qui nécessitent des enveloppes de fonds propres significatives de bénéficier des montages appropriés à travers des ESCO ou des SPV portées par la SIE. La banque intervient en complétant le financement  par de la dette bancaire et/ou un complément en equity via les fonds de sa filiale Upline Alternative Investments.La Banque Populaire propose également la ligne de financement MorSEFF promue par la Berd, l'AFD et KfW, ce qui permet d'apporter à la fois l'assistance technique gratuite, le financement et une subvention de l’Union européenne pouvant atteindre 15% du montant de l'équipement à acquérir ou du projet accompagné. Sans oublier l’accès au Programme d’assistance technique développé par Maroc PME qui, peut être couplé à un crédit bancaire et permet de réduire la charge du coût des audits énergétiques. Et les recommandations de ces audits peuvent à leur tour être financées par le crédit associé à Imtiaz Croissance, et pour lequel l’entreprise a accès à une subvention pouvant atteindre 10 millions de DH.

    - Y a-t-il des conditions particulières pour le financement de ce type de projet?
    - Nous ne facturons pas les frais de dossiers pour ces projets qui sont à la fois citoyens et importants pour l'économie du pays parce qu'ils améliorent la compétitivité des entreprises.
    De plus, le profil de risque d’une entreprise qui se préoccupe de la chasse au gaspillage et de l’optimisation de ces charges est meilleur, ce qui permet d’accéder à des bonifications de taux sur les crédits.

    - A combien se chiffrent les engagements de la BP?
    - Nous avons une exposition de plusieurs milliards de dirhams sur les projets relatifs aux énergies renouvelables. L'accompagnement des projets liés à l'efficacité énergétique des PME étant naissant, ce qui compte c’est surtout le potentiel immense de croissance de ce gisement.
    - De façon globale, voyez-vous une reprise du crédit depuis le début de l'année?
    - Le sujet a été abondamment évoqué et il est vrai que dans ce cadre, la décompensation est le premier facteur explicatif.
    En revanche, le ralentissement sur le segment de marché de la PME trouve son origine ailleurs que dans les conditions d’octroi par la banque qui se sont maintenues.

    - Quelle est la traduction concrète de la réunion BAM-GPBM-CGEM dans vos rapports avec les entreprises aujourd'hui?
    - Un certain nombre de chantiers ont été lancés. L'un porte sur la création de comités régionaux TPME qui est d'ailleurs une recommandation forte qui avait été faite lors des précédentes tournées régionales de sensibilisation du GPBM, de Bank Al-Maghrib, de la CGEM, de la Caisse centrale de garantie et de Maroc PME. Ces comités constituent des relais de concrétisation des actions/décisions de la commission mixte TPME dans les régions, ils sont également des organes de renforcement de la communication entre les différentes parties prenantes.

    - Quid de la communication de la notation?
    - Une commission travaille sur le sujet au GPBM afin de trouver rapidement la meilleure approche pour apporter une information à forte valeur ajoutée pour l’entreprise.

    - Bank Al-Maghrib a baissé à trois reprises son taux directeur depuis 2014 dans l'espoir de relever la demande de crédit. Les banques jouent-elles suffisamment le jeu?
    - Les taux des crédits bancaires ont accusé une baisse conséquente. A titre d'illustration, les tarifs des prêts à léquipement ont reculé de 59 points de base sur le dernier trimestre 2015. Toutefois, le sujet est plus complexe car parallèlement à cela le coût risque, qui est une composante de la tarification, a crû pour l’ensemble du secteur bancaire. Nous retenons surtout qu’en dépit de la détente du coût du crédit, la demande ne s'exprime pas assez.
    Propos recueillis par
    Franck FAGNON

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc