×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Dialogue social
    Le gouvernement fâche les syndicats

    Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:4757 Le 22/04/2016 | Partager
    Les avancées de la commission technique ignorées
    La plateforme de Benkirane fait l’impasse sur la baisse de l’IR
    Reprise des travaux vendredi 22 avril

    C’est la consternation auprès des syndicats. Les propositions du chef du gouvernement, qui a réuni mercredi 20 avril, à huis clos, les patrons des organisations syndicales et la CGEM, ont eu l’effet d’une douche froide. «Elles sont minimalistes et irrecevables. Même les dossiers sur lesquels les représentants du gouvernement ont donné un accord de principe n’y figurent pas», souligne El Miloudi El Mokharek, secrétaire général de l’UMT.  La plateforme de travail présentée par le gouvernement aux partenaires sociaux fait l’impasse sur l’augmentation des salaires, la baisse de  l’IR  et la déduction fiscale des frais de scolarité. Pourtant, sur ces deux derniers dossiers, un accord de principe a été obtenu. Et les syndicats tout comme le patronat étaient dans l’attente des simulations que le ministère des Finances devait mener. «C’est la nouvelle tactique du gouvernement. Il tâte le terrain alors que les travaux sont avancés au niveau de la commission technique. Sans le dire ouvertement, il cherche des garanties sur le dossier de la retraite avant d’avancer sur l’IR», décryptent plusieurs responsables.
    Considéré comme une réunion d’étape, le huis clos du mercredi sera suivi par d’autres rencontres. Les syndicats ont choisi de poursuivre les discussions et le gouvernement a promis de faire des efforts.
    Le jeu des négociations se poursuivra au sein de la commission techniques dont les travaux reprendront ce vendredi. Elle devra se pencher, selon les syndicats, sur la baisse de l’IR.  
    Car ni le gouvernement ni les organisations syndicales n’ont intérêt à bloquer ce round en raison des enjeux: calcul politique pour le premier à l’approche des législatives et attentes des bases pour les syndicats.
    Sur l’amélioration des revenus, Benkirane propose une hausse des allocations familiales de 100 dirhams pour les porter à 300 dirhams pour chacun des trois premiers enfants. Et 100 dirhams de plus à partir du quatrième enfant pour atteindre 136 DH. Or, les syndicats sont demandeurs d’un alignement du niveau de l’allocation familiale et son augmentation à 400 dirhams. «C’est le flou total par rapport à ce point. Lors des réunions de la commission technique, les représentants du gouvernement ont annoncé que la hausse des allocations familiales se limiterait au secteur public», indique le patron de l’UMT.
    Qualifiées de «non négociables», les mesures proposées par le gouvernement prévoient une augmentation de l’allocation de naissance de 150 à 500 dirhams, la création d’un nouvel échelon en faveur de certaines catégories de fonctionnaires et l’amélioration du niveau de la pension minimale pour la porter à 1.500 dirhams. Les centrales syndicales exigent l’alignement de la pension minimale sur le Smig pour la porter à 2.570 dirhams.
    Pêle-mêle, les autres mesures portent notamment sur l’élargissement de la protection sociale: extension de la couverture maladie pour qu’elle intègre les ascendants pour le secteur public, une loi sur les accidents du travail et les maladies professionnelles dans le public, et une couverture médicale pour les indépendants.

    Droit de grève: Un pas de franchi?

    Une commission tripartite devrait être mise en place rapidement pour discuter sur le droit de grève. Ce texte qui tient à cœur au patronat devrait être bouclé d’ici le mois de mai afin d’intégrer le circuit législatif. En tout cas, les syndicats n’y sont pas opposés «à condition qu’elle garantisse les intérêts des salariés». Cette commission devrait aussi se pencher sur le fameux article 288 du code pénal et sur la loi sur les syndicats professionnels. Par ailleurs, le gouvernement est favorable à la mise en place d’un mécanisme tripartite pour le suivi et l’évaluation des mesures d’intégration de l’informel.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc