×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Analyse

Industrie automobile
Le maillage des écosystèmes

Par L'Economiste | Edition N°:4729 Le 15/03/2016 | Partager

■ Câblage: Le plus mature de tous…
Le premier écosystème du secteur a été lancé dans la «filière câblage», en juin 2014. C’est aujourd’hui l’activité la plus mature avec un chiffre d’affaires de plus de 15,7 milliards de DH à l’export. Le câblage représente 50% des exportations du secteur. Les manufactures de câblage génèrent plus de 41.000 emplois. L’objectif est de créer 20.000 postes supplémentaires d’ici 2020. La filière câblage est d’ailleurs le premier maillon de la chaîne de l’opérationnalisation du Plan d’accélération industrielle (PAI). La part du made in Maroc dans le marché mondial du câblage est autour de 5%. Le lancement de ce premier écosystème vise à consolider les acquis, attirer des investissements et assurer une montée en puissance dans la productivité et la compétitivité des usines.  Des donneurs d’ordre de renom (Volkswagen, Fiat…) font aujourd’hui confiance au câblage marocain. Mieux encore, des majors ont délocalisé ou monté des uisnes dans le Royaume. Parmi eux, les japonais Yazaki-Sumitomo, l’allemand Leoni, les américains Lear, Delphi…

■ Systèmes intérieurs & sièges: Du potentiel à revendre!  
Dans l’écosystème habitacle des véhicules et sièges, la formule consiste à développer de nouveaux produits et démarcher des donneurs d’ordre de référence mondiale. Ces activités ont pour mission de développer trois métiers: le moulage plasturgie, le chromage plastique ainsi que les laboratoires. Là aussi, il va falloir développer la matière première, notamment les textiles techniques. Importée à 95%, la matière première pèse pour 60% des coûts de production de l’activité. A terme, l’objectif de cet écosystème est de réaliser un chiffre d’affaires de 6 milliards de dirhams dont  5,2 milliards à l’export. Plus important, l’objectif est de créer près de 14.000 emplois d’ici 2020.

■ Batteries:  L’OCP en renfort
L’écosystème  batterie a pour mission de régulariser les achats de plomb dont 70% sont assurés par le secteur informel. Sur l’acide sulfurique, un contrat d’approvisionnement a été étudié avec le groupe OCP. Ces réajustements permettront de doper la capacité de production de la filière (2,2 millions d’unités supplémentaires d’ici 2020) et créer pas moins de 1.500 emplois. Le développement de cette activité devra générer un chiffre d’affaires additionnel de 650 millions de DH.

■ Métal, emboutissage: Sortir de la dépendance de l’import
Dans ces activités pointues, le défi de l’écosystème dédié est de sortir de la dépendance des importations en acier. C’est d’ailleurs dans cet esprit que Maghreb Steel a opéré une reconfiguration de ses process pour intégrer localement l’automobile, via la tôle et les pièces de carrosserie (expérience en cours avec Renault). L’autre impératif consiste à valoriser les chutes métalliques via les aciéries locales. Il est aussi question de développer la filière outillage, en capitalisant sur les expériences du made in Maroc. La tutelle compte accueillir au moins une dizaine d’opérateurs de renom dans l’emboutissage. L’objectif de cet écosystème est de générer un chiffre d’affaires de 5 milliards de DH et plus de 5.000 emplois.

■ Moteur et transmission: L’accélérateur de l’intégration locale
L’écosystème moteurs et transmission devra créer 10.000 emplois. Dernier en date, cet écosystème (Powertrain) a l’ambition de générer un chiffre d’affaires additionnel de plus de 6,5 milliards de DH. Pour accompagner le déploiement de cette activité pointue, un contrat-performance a été signé en février dernier. L’objectif est d’augmenter l’intégration de la filière «Powertrain» de 25 points via le développement du sourcing local. Cet écosystème rassemble les métiers de fonderie fonte, fonderie aluminium, injection d’aluminium sous pression, usinage moteur… Le déploiement de la filière permettra d’accélérer l’intégration via des métiers pointus et l’attractivité de nouveaux IDE.  Et c’est ce maillon de la chaîne qui permettra d’atteindre les 80% d’intégration locale.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc