×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Souss/Agrumes
La recette pour consommer moins d’énergie

Par L'Economiste | Edition N°:4720 Le 02/03/2016 | Partager
Un projet initié par l’agrotech et la GIZ dans la zone de Taroudant
Jusqu’à 30% d’économie d’énergie possible dans cette filière
coût du kW, capacité des pompes à eau, carburant... les pistes d’efficience

Une des pistes d’économie, adapter la puissance des pompes aux volumes nécessaires pour l’irrigation. La plupart des agriculteurs utilisent des pompes dont la capacité est supérieure au besoin réel (Ph. L’Economiste)

Un projet sur l’économie d’énergie pour la filière agrumes a été initié par l’Agrotech SMD, en collaboration avec la GIZ dans la zone de Taroudant. Ce projet vient à l’issue d’un audit effectué dans les exploitations d’agrumes et au niveau des stations de conditionnement des agrumes. L’étude a été financée par la GIZ. L’objectif de cet audit était de mesurer, en termes d’énergie, le coût d’une tonne d’agrumes, de la parcelle de culture jusqu’à la station de conditionnement. «L’énergie est un aspect de l’agriculture où la région a besoin d’innovation», rappelle Lahcen Kenny, directeur de l’Agrotech Souss Massa Drâa. L’autre objectif est de déterminer la meilleure façon d’économiser l’énergie tout au long du circuit de production de la filière, hors transport. L’audit énergétique est ressorti avec une douzaine de recommandations techniques qui vont permettre d’économiser 20 à 30% de l’énergie consommée dans la filière agrumes. Il est en effet possible d’améliorer l’efficience énergétique et éviter la déperdition à travers le changement de quelques comportements. Il est ainsi recommandé d’optimiser le coût de l’électricité en privilégiant la consommation de l’électricité pendant les périodes où le coût du kW est le plus faible. Parmi les autres recommandations de l’audit, adapter la puissance des pompes aux volumes nécessaires pour l’irrigation.

La plupart des agriculteurs utilisent des pompes dont la capacité est supérieure au besoin réel. «L’utilisation de pompes à eau surdimensionnées consomme beaucoup d’énergie. Or, le choix de la pompe à eau doit se faire donc en adéquation avec le besoin réel (profondeur du puits, du bassin). En outre, l’entretien des équipements et matériel pourrait également contribuer à une meilleure efficience énergétique. L’étude a démontré également qu’il était possible de faire appel à l’énergie solaire pour contribuer à cette économie. L’utilisation de l’énergie solaire dans le pompage ou d’autres postes énergivores va permettre d’économiser encore plus. «L’idée est de lancer des sessions de formation pour communiquer sur ces recommandations auprès des agriculteurs», note Lahcen Kenny, directeur général de Agrotech. Il s’agira d’une seconde étape, en attendant que les responsables réunissent les fonds nécessaires. «Les actions sont limitées aux améliorations qui peuvent être apportées par les agriculteurs individuellement, pour l’instant» ajoute Kenny. La plupart des recommandations ont connu un début d’application  depuis fin 2015. L’étape prochaine consiste à chercher des pistes d’économie d’énergie supplémentaire à travers la mutualisation du transport, est-il conclu.
S. B.
 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc