×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Fès/Enfants cancéreux
    400 patients pris en charge par «l’Avenir» en 2015

    Par L'Economiste | Edition N°:4692 Le 22/01/2016 | Partager
    L’ONG compte sur la générosité des mécènes
    20 nouveaux cas recensés en décembre

    L’Association «l’Avenir des parents et amis des enfants atteints de cancer» est très sollicitée à Fès. L’ONG a financé le traitement de plus de 400 enfants cancéreux en 2015. «Nous avons recensé quelques 20 nouveaux cas rien qu’en décembre dernier», souligne Saida Ouadaani Hazzaz, trésorière de l’association. Cette forte demande pour la prise en charge veut la mobilisation de moyens financiers et humains. A ce titre, le bureau de l’Avenir-Fès compte énormément sur les mécènes et bienfaiteurs, ainsi que les conseils élus de la région et de la ville. Pour ce dernier volet, Driss Azami El Idrissi, le nouveau maire de Fès, qui a accueilli à bras le corps l’action de l’ONG, a promis d’apporter son appui. Même son de cloche auprès des autorités locales, et le wali Essaid Zniber, en tête.
    «L’apport de nos partenaires nous permettra de sauver des vies et soulager la tristesse de leurs familles», estime Mehdi Belkhayat, président de l’Avenir-Fès. «Nous assurons le suivi des enfants malades hospitalisés ou en hôpital de jour ainsi que le soutien aux familles que ce soit sur le plan psychologique ou pécuniaire», renchérit-il.
    Son association œuvre à garder un contact permanent avec l’équipe médicale du service pédiatrique au CHU. Elle célébrera son 8e anniversaire en février prochain. Créée en 2008, cette antenne est le prolongement de l’association mère fondée, elle, en 1986 sous la présidence d’honneur de SAR la princesse Lalla Meryem. Elle est déclarée d’utilité publique depuis 1995 et peut profiter de l’appui de structures internationales. A ce titre, l’Avenir a préparé des dossiers de sponsoring pour des levées de fonds qu’elle soumettra incessamment aux collectivités locales. Ses membres reçoivent quotidiennement des demandes de prises en charge pour des nouveaux cas. Ces derniers sont orientés vers l’unité d’hémato-oncologie pédiatrique du CHU Hassan II de Fès. Ici, les enfants atteints du cancer bénéficient de soins, mais aussi de soutien psychologique. L’unité, chapeautée par Dr Mustapha Hidat, également membre de l’Avenir, traite annuellement entre 4.000 et 5.000 enfants en hôpital du jour. Ces chiffres reflètent l’engouement pour le traitement d’une pathologie toujours perçue comme fatale. D’où la nécessité des actions de sensibilisation et de banalisation. L’objectif est de faire soigner les enfants malades au centre hospitalier Hassan II de Fès pour éviter les déplacements à Rabat qui est «un motif de découragement et d’abandon de soins par les parents de ces enfants qui de surcroît proviennent de milieux défavorisés». Cependant, vu l’augmentation des cas d’enfants malades, démunis, l’Avenir est appelée à multiplier ses sources de financement (soirées religieuses, spectacles, courses…). Outre la générosité des donateurs, elle table sur la mobilisation des jeunes générations pour la collecte des fonds. A ce titre, les étudiants de grandes écoles, comme HEM, HEC et autres, seront mis à contribution. «Ils seront chargés de la distribution de tirelires aux pharmaciens partenaires de l’association… une manne importante pour les caisses de l’Avenir», conclut Belkhayat.

    La maison de l’enfant

    Afin d’améliorer la prise en charge des jeunes patients atteints de cancer, l’Avenir-Fès, la Fondation Mohammed V pour la solidarité, et le ministère de la Santé, sont associés dans la construction d’une «maison de l’enfant» au sein du CHU Hassan II de Fès pour un investissement de 3,5 millions de DH. L’édifice est fin prêt. A l'instar de ceux de Casablanca, de Rabat et d'Oujda, ce centre aidera les enfants hospitalisés à mieux traverser l'épreuve de la maladie. Il leur offrira des activités multiples dans un univers convivial et rassurant et permettra aux enfants scolarisés de poursuivre leurs études. Il est constitué d'une direction, d'un espace de convivialité, d'un espace de communication et affichage, d'un atelier d'arts plastiques, d'une salle multimédia, d'une salle de musique, d'une salle de jeux et d'une kitchenette.

    De notre correspondant,
    Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc