×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Casablanca
    Une application, en attendant la «smart city»

    Par L'Economiste | Edition N°:4682 Le 07/01/2016 | Partager
    Elle vise à faciliter la communication entre les 147 élus de la ville
    La solution permettra l’échange avec les Casablancais dès avril 2016
    Un projet pilote qui sera généralisé aux collectivités locales du Royaume

    Dès avril prochain, l’application MajlisKom permettra aux élus de Casablanca d’échanger avec les citoyens (réception des doléances et des propositions, interaction avec les membres de la CUC…) (Ph. L’Economiste)
     

    MajlisKom, c’est la nouvelle application qui vient d’être lancée par la commune urbaine de Casablanca (CUC). Objectif: faciliter la communication entre les 147 élus de la ville. Il s’agit d’une solution dédiée à la gestion et la diffusion des activités des assemblées élues, mairies, communes et collectivités territoriales. Elle se positionne ainsi en tant qu’outil de gouvernance interne et de gestion de projets à destination de ces acteurs publics.
    Cette solution de communication interactive et collaborative entre les conseillers communaux et le Conseil de la ville comprendra différents services tels que l’échange de documents (PV de réunions, rapports, propositions d’ordre du jour…), la messagerie interne, le calendrier des réunions et d’activités partagées. Accessible via tablettes et smartphones, elle sera, dans un deuxième temps, déployée auprès des 16 arrondissements du Grand Casablanca. Enfin la troisième étape consistera à intégrer, en avril prochain, des fonctionnalités permettant aux élus locaux d’échanger avec les citoyens (réception des doléances et des propositions, interaction avec les membres de la CUC…). En cas de réussite sur le périmètre du Grand Casablanca, l’application sera déployée dans d’autres villes et institutions territoriales du Royaume.
    L’application «made in Morocco» sera enrichie progressivement, en termes de fonctionnalités, par MCN (entreprise conceptrice de l’application), avec l’accompagnement R&D du Soft Centre, conjointement avec le Centre de R&D GreenTIC, relevant de l’Université Hassan II de Casablanca. «L’application a déjà fait ses preuves à la Chambre des conseillers, avant son adaptation à l’usage des collectivités locales», souligne Houssine Saf, directeur fondateur de MCN (Multilmedia Content Network) et vice-président de Maroc Numeric Cluster. Elle a même reçu des distinctions internationales, comme l’Arab Golden Chip Awards 2011 et le prix du GES (Global Entrepreneurship Summit, organisé à Marrakech en novembre 2014).
    Selon lui, l’application, dont le coût n’a pas dépassé les frais de développement, sera ouverte aux collectivités via un abonnement annuel (comprenant les frais d’hébergement, support technique…).
    Aziza EL AFFAS
     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc