×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Ciment: Les derniers mois sauvent la mise

    Par L'Economiste | Edition N°:4680 Le 05/01/2016 | Partager
    La consommation toujours en hausse en novembre dernier
    L’autoconstruction et le BTP portent le marché

    La part énorme du négoce dans la consommation du ciment confirme l’importance de l’autoconstruction pour la bonne santé de l’activité au moment où l’immobilier est en berne

    La consommation du ciment a enregistré un deuxième mois d’embellie en novembre dernier s’établissant à 15,56%, après les 18,52% enregistrés en octobre 2015. Le cumul entre janvier et novembre  n’est pas en reste avec 1,67% contre 0,37%. Ce sont pas moins de 1,2 million de tonnes de ciment qui ont été écoulées ou encore 12,9 millions de tonnes de ciment consommées. «Ce résultat s’explique en partie par un effet de saisonnalité, suite à la reprise de chantiers gelés durant la pause de l’Aïd El Kebir et le bon temps», précise un opérateur. La fin 2015 a ainsi connu un regain d’activité qui a permis de stabiliser la consommation du ciment, via de grands projets, notamment l’aménagement des rives du Bouregreg, la voie de contournement de Rabat, le port de Nador West, l’autoroute Safi El Jadida… «Globalement, tant qu’il fait beau le bâtiment va en profiter et les chantiers vont continuer», explique David Tolédano, président de la Fédération marocaine des matériaux de construction (FMC). Pour les professionnels, la période des élections municipales et régionales (août dernier) a été un tournant. Cet événement a facilité le déblocage de budgets pour des travaux de rénovation, plus de relâchement sur l’octroi de permis d’autoconstruction, une certaine permissivité au niveau des constructions sans autorisations ou encore la fin des travaux entamés par les MRE durant l’été.
    Un constat appuyé par la prépondérance du négoce dans la distribution du ciment avec 72% en novembre dernier. L’atténuation des effets de la crise que traverse l’immobilier, grâce au regain de dynamisme des petits et moyens promoteurs ou encore d’Al Omrane ont aussi permis d’équilibrer l’activité du ciment fin 2015. «On s’éloigne des tendances pessimistes du début de l’année, mais l’on reste loin de l’euphorie», tempère le président de la FMC.
    Au niveau régional, les grands centres consommateurs sont: Tanger-Tétouan (12,5%), Grand Casablanca (12,4%), Marrakech-Tensift-Haouz (9,8%) et l’Oriental (9,5%). La région de Tadla-Azilal a enregistré pour sa part la plus faible consommation avec 3,9%, lors du mois de novembre. Côté habitude de consommation, le ciment en sac a été le plus utilisé entre janvier et novembre 2015 avec 9,56 millions de tonnes écoulées, soit 73,7% de la production. Dans le détail, le sac a été le plus utilisé au niveau de Souss-Massa-Draa (10,9%), Tanger-Tétouan (10,9%), l’Oriental (10,5%), Marrakech-Tensift-Haouz (9,9%), le Grand Casablanca (9%)… Le ciment en vrac a pour sa part enregistré une consommation de 3,42 millions de tonnes sur la même période, équivalente à 26,3% de la production. Le Grand Casablanca avec 21,9% est le plus gros consommateur de vrac, suivi de la région de Tanger-Tétouan (15,3%), Rabat-Salé-Zemmour-Zaer (11,9%), Marrakech-Tensift-Haouz (10,3%) ou encore Doukkala-Abda (9,6%).

    A.At

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc