×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Economie

    Agroalimentaire
    1er ticket d’entrée sur le marché des pays du Golfe
    De notre envoyé spécial à Abu Dhabi, Abdelaziz GHOUIBI

    Par L'Economiste | Edition N°:4663 Le 08/12/2015 | Partager
    Trois conventions, 1.500 ha, 400 millions de DH
    Olivier, agrumes et fruits rouges, les cibles
    Les contrats signés en marge du Sial du Moyen-Orient

    Le ministre de l’Agriculture, Aziz Akhannouch, signant une des trois conventions avec un partenaire émirati (Ph. A.G. )

    Démarrage prometteur pour la participation marocaine au Sial du Moyen-Orient. Dès le coup d’envoi, hier lundi, de cette grand-messe qui se déroule à Abu Dhabi du 7 au 9 décembre, le Maroc a décroché «trois contrats». Et c’est du durable. Car «il s’agit de conventions d’investissement agricole conclues avec des groupes émiratis» qui ciblent l’exploitation de 1.525 ha pour un investissement de 407 millions de DH. «Mais le volet valorisation et distribution y est aussi présent», souligne Aziz Akhannouch. C’est désormais une composante de la stratégie agricole.  
    Dans le détail, la première convention porte sur la plantation de 190 ha en olivier pour un investissement de 77 millions de DH. La seconde concerne la plantation de 200 ha d’agrumes pour un coût de 60 millions de DH, alors que la dernière cible 1.125 ha d'arboriculture, fruits rouges et élevage. C’est de loin la plus importante, non seulement de par le montant de l’investissement (270 millions de DH) qu’elle devrait drainer mais surtout en raison de la valeur ajoutée qui serait induite pour les petits producteurs agrégés.
    En somme, les trois conventions ont été conclues dans le cadre du partenariat public-privé autour des terres de l’Etat selon un bail de longue durée, mais l’agrégation des petits producteurs n’est pas absente, surtout dans la dernière qui cible l’élevage et l’agriculture solidaire en particulier.
    D’ailleurs la participation marocaine au Salon international de l’alimentation, version Moyen-Orient est justement centrée sur cet aspect, notamment les produits du terroir. «Elle traduit l’importance qu’occupe l’amélioration du revenu des petits agriculteurs dans le plan Maroc», insiste le ministre. Au total, plus de 4.000 petits agriculteurs sont représentés à travers la participation marocaine: des groupements d’intérêt économique, des coopératives et des entreprises privées. Une participation rééditée pour la 3e année consécutive par l’Agence pour le développement agricole (ADA).
    Toutes les régions du Maroc sont  représentées avec une large gamme de produits dont 13 labellisés. Huile d’argane, safran de Taliouine, dattes majhoul de Tafilalet, l’IGP boufegous, rose Kelâat M’Gouna-Dadès, amande de Tafraout, keskes khoumassi, lentilles de Zaër, miel d’Euphorbe du Sahara,  henné d'Aït Ouabelli. Les groupements de producteurs exposants se répartissent en 11 coopératives, autant de produits qui distinguent le Maroc.
    «A l’amont de cet évènement, les exposants ont bénéficié de l’assistance marketing et commerciale pour mieux positionner leurs produits et les préparer  pour quelque 250 rencontres B to B», révèle Mohamed El Guerrouge, directeur général de l’ADA. Le tout est organisé en marge du salon avec des clients internationaux, notamment les centrales d’achat, l’épicerie fine, les magasins spécialisés en bio.
    Au-delà, le Maroc met aussi à contribution cet évènement pour démarcher des importateurs pour les autres produits dont la compétitivité est avérée, tels les agrumes, primeurs et l’agroalimentaire de manière générale. A cet effet, une dizaine de grands investisseurs marocains opérant dans les diverses activités agricoles ont fait le déplacement à Abu Dhabi. L’appui des services de l’Agriculture était également remarquable via la présence du DG de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires ainsi que d’autres hauts cadres. L’objectif est de porter assistance aux exposants en cas de «gros contrats».

    500 gros acheteurs au rendez-vous

    Depuis 2010, date de son lancement, le Sial au Moyen-Orient a doublé sa superficie et enregistre une hausse de 30% de ses visiteurs professionnels. En 2014, l’évènement a drainé près de 16.000 visiteurs venus de 88 pays. La manifestation a  eu, par ailleurs, des retombées  pour les participants: 42% ont conclu un contrat et 72% estiment avoir atteint leurs objectifs.
    Cette année, les organisateurs tablaient  sur  900 exposants et  plus de 20.000 visiteurs issus de 85 pays. Un important programme de rencontre B to B a été annoncé: le «Sial Purchaser Club». Il doit  permettre aux exposants de prendre contact avec près de 500 acheteurs internationaux.
    Le Maroc a fait une sortie remarquée au Sial Middle East 2014. Au total, le pavillon a accueilli plusieurs centaines de prospects des différents pays du Moyen-Orient et plusieurs contrats ont été concrétisés, selon l’ADA. A l’instar de l’édition précédente, l’art et les traditions culinaires marocains sont aussi présents. Une animation qui attire des visiteurs charmés par les senteurs et les aromes des plats mijotés sur place.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc