×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Finances-Banques

    Lafarge maintient ses positions

    Par L'Economiste | Edition N°:4616 Le 29/09/2015 | Partager
    Le chiffre d’affaires bondit de 4,1%
    Le coût fiscal de la fusion pèse
    Le résultat d’exploitation s’apprécie de 1,1%

    Le cimentier s’en tire plutôt bien face à la situation instable du secteur lors du premier semestre 2015
     

    Les résultats semestriels de Lafarge Maroc se sont bien comportés au premier semestre 2015. Le chiffre d’affaires du groupe s’établit à 2,56 milliards de DH à fin juin 2015, en hausse de 4,1%. Une progression due à l’effet conjoint de l’amélioration des ventes sur le marché national et du développement des exportations en Afrique de l’Ouest.
    Le premier semestre a en effet été marqué par la bonne tenue des exportations de clinker vers le Bénin, la Côte d’Ivoire et le Cameroun. Le résultat d’exploitation marque une légère progression de 1,1% à 1,13 milliard de DH. Une hausse imputable à la mutualisation des coûts logistiques, survenue suite à la fusion des activités Ciment, Béton et Granulats. Le résultat net consolidé ressort à 710 millions de DH en amélioration de 5,8% par rapport à 2014. La fusion absorption par Lafarge Ciments de ses filiales qui a eu lieu il y a un an a engendré  un coût fiscal qui continue à peser sur le résultat net du groupe.
    Les réalisations semestrielles de l’entité surviennent alors que le secteur du ciment a été marqué par un premier semestre mouvementé. D’après une récente enquête trimestrielle de conjoncture d’industrie et construction, l’activité de la construction aurait connu une hausse selon l’appréciation de 35% des patrons, contre 40% jugeant la situation stable et 25% en baisse. Cette légère augmentation aurait été principalement le fait d’une amélioration de l’activité dans le «Génie Civil» et dans la «Construction de bâtiments». La situation des carnets de commande dans ce secteur a été jugée d’un niveau normal par 57% des patrons contre 30% qui l’estiment peu garnie. L’action Lafarge fait partie des valeurs leaders en Bourse. Le titre signe une performance annuelle de 1,48% en dépit de la morosité du secteur BTP en début d’année. Il faut dire que les résultats semestriels du groupe ont été anticipés sur le marché. Au terme de la séance du mercredi 23 septembre, les investisseurs se sont positionnés suivant un flux acheteur. Le titre s’est apprécié de 5,63% à 1.690 DH. Lundi 28 septembre, suite à la publication de ses résultats semestriels, le titre cède 2,37% à 1.650 DH. Dans l’attente d’une fusion effective au Maroc entre les sociétés mères (Lafarge et Holcim) prévue au plus tôt au premier trimestre 2016, le cimentier poursuit le déploiement de sa stratégie de différenciation sur le marché national. Lafarge Maroc est détenue à parts égales par le groupe Lafarge, leader mondial  des matériaux de construction et la SNI.
    A. I. L.
       
     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc