×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Lycée Massignon: «Les parents ne financeront pas le projet!»

Par L'Economiste | Edition N°:4537 Le 01/06/2015 | Partager
Les deux tiers du coût de l’établissement assurés par un prêt de CDM
Difficile d’offrir une visibilité sur les tarifs au-delà de 3 ans
La reconversion du site de Aïn Sebaâ à l’étude

Jean-Christophe Deberre, DG de l’Osui: «Les parents ne supporteront pas plus sur les droits de scolarité que dans l’ancien site de Aïn Sebaâ»

- L’Economiste: Deux ans se sont écoulés depuis la mise à disposition du terrain de Bouskoura, pourquoi tout ce délai?
- Jean-Christophe Deberre:
Parce qu’il faut deux ans pour préparer un projet de cette envergure, lui donner son profil pédagogique, sa soutenabilité financière et mobiliser l’expertise nécessaire. Je pense que nous n’avons pas perdu de temps. Grand nombre de parents sont impatients, mais nous serons au rendez-vous.  
- Qu’en est-il du montage financier?
- C’est un montage qui correspond exactement aux orientations de la MLF, l’association mère, c'est-à-dire, un travail sur la durée. Il fallait une négociation pour adosser l’établissement à un crédit de très longue durée, qui permet aux parents d’éviter de payer très cher avec un délai court d’amortissement. Nous l’avons obtenu. Nous avons un partenaire qui est Crédit Du Maroc et nous croyons que nous avons trouvé la bonne formule. Près des deux tiers du coût du projet seront financés par le prêt de CDM. L’apport de l’Osui sera surtout formé d’équipements.  
- Les parents ne comprennent pas la hausse continue des frais. Pensez-vous leur offrir plus de visibilité sur ces surcoûts?
- Absolument, c’est notre intention. Durant notre dernier dialogue, nous avons proposé une visibilité réelle sur trois ans, mais nous n’avons pas pu convaincre tout le monde. Nous essaierons de faire mieux. C’est extrêmement compliqué d’aller au-delà. Aucun produit, sur aucun marché, dans aucune économie ne peut garantir des prix sur les 10 ans à venir. Les parents sont inquiets parce que les augmentations sont fréquentes et qu’ils ne sont pas satisfaits des explications que nous leur donnons. Malgré tout, il faut entrer dans une bonne compréhension de ce qu’est l’économie d’un établissement scolaire qui n’est pas celle d’un produit manufacturé prévisible. Mais c’est notre devoir également que ces augmentations soient aussi limitées que possible. Le vrai sujet, c’est que nous avons des établissements autofinancés. Il faut donc trouver les ressources dès le premier dirham.
- Ils craignent aussi que l’Osui leur fasse assumer le financement du projet de Bouskoura…
- C’est faux, ils ne supporteront pas plus sur les droits de scolarité que dans l’ancien site de Aïn Sebaâ. Je leur ai expliqué les choses, je les ai reçus à de multiples reprises, mais ils restent sur leur position. Je le regrette profondément, car il s’agit de leur établissement. Leur absence à la cérémonie de pose de la première pierre est symboliquement une sorte de faux pas dans notre relation de partenariat.
- Êtes-vous redevable à la CFCIM pour le bail qu’elle a contracté pour la construction du site de Aïn Sebaâ?
- Nous ne sommes pas redevables d’une contrepartie financière, nous servons un loyer à la CFCIM pour l’établissement de Aïn Sebaâ. Nous avons une relation de bailleur à locataire. Il n’y a pas de souci sur ce dossier, il faut simplement reconvertir le site. Ceci est à l’étude.
Propos recueillis par
Ahlam NAZIH.
 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc