×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    La plasturgie table sur 10% de croissance

    Par L'Economiste | Edition N°:4515 Le 29/04/2015 | Partager
    L’emballage représente 38% du secteur de la plasturgie
    L’objectif est d’atteindre 28 milliards de DH en 2020

    La plasturgie pèse pour 12,4 milliards de DH de chiffre d’affaires. La filière organise la 6e édition du Salon international du plastique (Plast Expo). Organisé par la Fédération marocaine de plasturgie (FMP), l’événement est programmé du 3 au 6 juin à la Foire internationale de Casablanca. Les organisateurs annoncent 180 exposants et tablent sur 4.000 visiteurs. Pour l’heure, une vingtaine de pays ont déjà confirmé leur participation.  Parmi les pays exposants, l’on retrouve notamment le Portugal, l’Allemagne, l’Autriche, le Qatar, la Turquie, l’Egypte, l’Arabie Saoudite... D’ailleurs, il n’est pas exclu que l’Arabie Saoudite soit mise à l’honneur. Autre particularité du salon, 50 donneurs d’ordre subsahariens sont attendus. Leur participation est assurée par Maroc Export. Cette édition est aussi et surtout l’occasion de lancer un nouveau salon, Plast Pack. Une vitrine réservée exclusivement aux emballages.
    Cette activité représente un énorme potentiel sur le marché de la plasturgie. En fait l’emballage représente 38% du chiffre d’affaires de la production en plasturgie. «Le secteur connaît un développement qui tourne entre 8 et 12%. En 2015, nous pourrions atteindre les 10% pour avoisiner les 13 milliards de dirhams de chiffre d’affaires», annonce Younès M’Hamed Lahlou, président de la FMP. Dans la conjoncture actuelle, très peu d’entreprises et de secteurs enregistrent une croissance à deux chiffres. C’est dire que la plasturgie s’en sort plutôt bien. C’est surtout en raison de ses ramifications multi-sectorielles. L’activité étant liée à l’agriculture (serre en plastique, produits emballés, …), l’automobile, l’aéronautique, l’énergie (câblages), la distribution, l’agro-industrie, l’informatique, les  télécoms... Aujourd’hui, le secteur de la plasturgie pèse pour 650 entreprises, 45.000 employés directs et 300.000 indirects.  La filière se fixe des objectifs ambitieux d’ici 2020.  Selon la FMP, d’ici cinq ans, le secteur devrait avoisiner 28 milliards de dirhams de chiffre d’affaires. Autre challenge, les créations d’emplois. Le secteur table sur pas moins de 70.000 emplois indirects supplémentaires et une production de 1 milliard de tonnes par an, à l’horizon 2020. Même si les ambitions sont réalistes, il n’en demeure pas moins que la filière pâtit d’un certain nombre de contraintes. Les membres de la FMP se plaignent des flux des importations et de la réglementation en vigueur.

    Le méga-marché africain

    «LA plasturgie transforme notre société avec ses produits innovants et performants», tient à préciser M’Hamed Younès Lahlou, président de la Fédération marocaine de plasturgie (FMP). Si la plasturgie marocaine se développe de plus en plus en réalisant des progressions annuelles à deux chiffres, cette expansion passera inéluctablement par l’Afrique. La production de plastique concerne notamment les emballages, les objets connectés, les transports innovants, l’habitat durable, la santé du futur, l’automobile …des atouts qui pourront servir la stratégie africaine en matière de développement durable et surtout de recyclage, encore peu développés à l’échelle continentale. A titre d’exemple, en France, le taux de recyclage n’est que de 16% et 22% en Europe. L’Afrique, quant à elle, reste à la traîne.

    Sabrina EL-FAÏZ
     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc