×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Accor prépare le rachat de Fastbooking

Par L'Economiste | Edition N°:4508 Le 20/04/2015 | Partager
La data de 8.000 hôtels indépendants dans le viseur
Les performances du groupe se maintiennent en hausse

Plus que quelques jours avant l’annonce officielle du rachat de Fastbooking par Accor. Le groupe hôtelier  se préparait depuis quelques semaines déjà pour cette nouvelle acquisition. Il faut dire que l’enjeu est de taille. La nouvelle filiale est spécialiste en solutions de réservation via Internet dans le domaine de l’hébergement. Le groupe mettra finalement la main sur la data de 8.000 hôtels indépendants. Fastbooking opère plus de 1,2 million de transactions par jour. Une mine d’or en termes de base de données clients. La vision de l’hôtelier est d’autant plus claire: contrer les OTAs. Pour faire face à l’offensive des grandes centrales de réservation, le groupe a investi sur cinq ans 225 millions d’euros dans le numérique. Le plan de digitalisation est déjà en marche avec le rachat de l’application de voyage Wipolo.

Le groupe renforce
sa transformation digitale

Accor s’est, en effet, engagé sur plusieurs fronts. Outre la transformation digitale, d’autres chantiers sont entamés. Cela concerne les restructurations du portefeuille immobilier et la refonte de l’offre de restauration. Ce qui a permis au groupe hôtelier de consolider ses gains.
La croissance organique d’Accor a accéléré le pas au cours du premier trimestre. Une évolution relative aux solides performances dans l’ensemble de ses pays de présence. L’activité du groupe hôtelier français a progressé de 7,9% au premier trimestre 2015, tirée par les effets des restructurations accomplies en 2014 par la branche immobilière ainsi que par des taux de change favorables.
L’exploitant des Sofitel, Pullman, Mercure, Novotel, Ibis et HotelF1 a réalisé un chiffre d’affaires de 1,225 milliard d’euros au premier trimestre, en hausse de 10,6% pour la branche HotelServices (exploitation hôtelière) et de 6,4% pour HotelInvest (propriété immobilière).
Malgré ces résultats, le groupe se montre prudent sur le marché américain et l’hôtellerie économique en France. La vigilance est également de mise concernant l’activité de Londres où les niveaux commencent à peine à se stabiliser durant ce trimestre. Dans la zone Europe centrale, du Nord et de l’Est, qui représente 45% du chiffre d’affaires d’HotelInvest, l’activité est toujours en solide progression, notamment grâce au Royaume-Uni et à l’Allemagne. Une stabilisation de l’activité a été observée sur Londres en raison de la dépréciation de l’euro face à la livre sterling. Ce qui provoque une baisse de la clientèle loisirs en provenance de la zone euro. Les zones Méditerranée, Moyen-Orient, Afrique et Amériques restent également très bien orientées, portées par la forte reprise en Espagne et au Portugal. La filiale marocaine Risma, de nouveau bénéficiaire, enregistre des résultats en nette amélioration.
En Amérique, le résultat semble être pénalisé par une performance moins dynamique, au Brésil notamment, qui représente 80% du total de la zone. Une baisse de régime qui reste accentuée par l’environnement économique peu favorable à l’activité et un recul de la clientèle d’affaires dans le milieu de gamme. En Asie-Pacifique, malgré une situation qui continue de se dégrader en Chine, la zone se maintient en forme grâce à l’Australie.
A.Lo

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc