×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Services de base
    Carton jaune pour les pays de la région Mena

    Par L'Economiste | Edition N°:4508 Le 20/04/2015 | Partager
    La banque mondiale dresse un diagnostic alarmant
    L’absence de contrôle et d’audit freine l’amélioration dans la santé et l’éducation

    Si vous n’êtes pas satisfait des services publics, plaignez-vous. C’est en gros, la conclusion du nouveau rapport de la Banque mondiale intitulé «Confiance, voix au chapitre et mesures incitatives, tirer des leçons du succès dans la prestation de services».
    Pour l’institution financière,  cette insuffisance observée dans les prestations est intimement liée au manque d’obligation de rendre des comptes des prestataires en question et l’insuffisance de canaux pour permettre aux populations de faire remonter leurs observations.  Le problème n’est pas le manque de ressources mais plutôt la négligence. L’absence d’évaluation des fonctionnaires par rapport à leurs aptitudes à satisfaire les besoins du citoyen est le principal handicap des services de base.
    Les pays de la région ne disposent pas de mécanisme de contrôle et sont cantonnés dans un cercle vicieux.
    En l’absence de ces dispositifs, ces prestataires ne s’améliorent pas. En conséquence, leur détérioration contraint les citoyens à abandonner le système public pour chercher d’autres moyens pour répondre à leurs besoins. A défaut de relations personnelles et de moyens pour verser des pots de vin, ils recourent souvent au service privé informel.
    Pour y remédier, la seule véritable issue est de responsabiliser les politiciens, les fonctionnaires et les fournisseurs de services de base devant les citoyens et de promouvoir la confiance des citoyens envers les institutions étatiques.
    Seulement, «l’amélioration des services ne se fait pas simplement avec la mise en application de réformes générales et par des investissements», insistent les auteurs du rapport. Il existe dans les régions des expériences réussies. Le rapport cite l’exemple du programme «Concours Qualité» lancé par le ministère de la Santé marocain qui a poussé  à la concurrence entre les établissements de santé, à travers l’auto-évaluation et l’audit par les pairs, et qui a donné des résultats satisfaisants.  
    Dans le secteur de l’éducation, la Banque mondiale cite l’exemple de l’école secondaire pour filles de Kufor Quodun en Palestine dont l’efficacité a été tirée vers le haut grâce à l’engagement des parents et à l’initiative de la  directrice de l’école de créer et maintenir un cadre de travail motivant et encourageant pour les enseignants.
    M.L.
     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc