×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Région MENA
La croissance reprend des couleurs mais reste fragile…

Par L'Economiste | Edition N°:4388 Le 28/10/2014 | Partager
La reprise confirmée à condition que le contexte politique se stabilise…
Réforme graduelle des systèmes de subventions donnent leurs fruits

Malgré des dépenses considérables ciblant les populations les plus défavorisées, les politiques de subvention  dans la plupart des pays de la région MENA arrivent à peine à toucher leur cible, comparées aux autres pays où elles ont des formes plus directes. C’est d’ailleurs la piste principale de la réforme que recommande le FMI

La prochaine année sera synonyme d’une fragile croissance pour les pays de la région MENA. Selon la dernière livraison du FMI, portant sur les «Perspectives économiques régionales de la région MENA », si la croissance devrait reprendre en 2015, les profondes tensions sociopolitiques et les retombées de l’intensification des conflits régionaux risquent de la contrarier. Seule une amélioration de la confiance devrait soutenir la demande intérieure à mesure que l’incertitude politique se dissipera.
Pour les pays importateurs du pétrole, dont fait partie le Maroc, les exportations, le tourisme et les IDE devraient également connaître un rebond, aidés en cela par la reprise en Europe et la croissance soutenue dans les pays du Conseil de la coopération du Golfe. Or, leur ratio dette/PIB continuera d’augmenter : les besoins bruts de financement extérieur devraient atteindre 100 milliards de dollars l’année prochaine. Pour ces pays, la maîtrise des lourds déficits budgétaires commencent à donner ses fruits.  Au Maroc, comme en Egypte, en Jordanie et Tunisie, la réforme graduelle des systèmes de subventions généralisées a permis de dégager des économies, dont une partie sert à financer une protection sociale ciblée et à accroître les dépenses consacrées aux infrastructures.
Le Fonds monétaire international recommande à ces pays  de prendre des mesures budgétaires qui n’impactent pas la croissance économique à court terme, encouragent la création d’emplois, limitent les répercussions sur les populations pauvres et réduisent les inégalités sociales. En effet, ils restent fortement exposés. Preuve en est le fait que leurs perspectives de croissance à moyen terme se sont affaiblies plus rapidement que dans d’autres régions du monde et restent insuffisantes pour faire reculer un taux de chômage obstinément élevé.
Pour sortir de cette surexposition aux risques de retournement de la conjoncture, le FMI recommande l’adoption de réformes du marché du travail afin de faciliter l’embauche et la formation. «Cela permettra une répartition plus efficiente de la main d’oeuvre, de plus fortes rémunérations et la création plus rapide d’emplois».

La finance islamique peine à jouer son rôle…

Des réglages doivent être apportés à l’industrie de la finance islamique pour qu’elle soit une solution efficace pour développer l’inclusion financière et de puiser dans l’excédent d’épargne pour financer l’investissement au Maroc, comme au Pakistan et en Arabie saoudite. Dans son rapport «Perspective économiques régionales», le FMI explique que les banques islamiques n’ont pas capitalisé sur la demande des PME: leurs actifs sont essentiellement constitués de produits de dette. Le FMI explique cela par plusieurs facteurs: les problèmes de risque de crédit limitent l’exposition des banques islamiques aux PME, une faible gestion des risques, un environnement réglementaire inadapté et le manque d’expertise des tribunaux.

M. L.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc