×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Législatives tunisiennes: Ennahda ou Nidaa?
De notre correspondante à Tunis, Sihem JAMIL

Par L'Economiste | Edition N°:4388 Le 28/10/2014 | Partager
Selon les premières estimations, les deux partis au coude à coude
L’instance supérieure pour les élections a jusqu’au 30 octobre pour prononcer son verdict définitif

Les Tunisiens sont retournés aux urnes dimanche 26 octobre pour les élections législatives.

p

Des élections clé qui devront mettre fin à une longue et tumultueuse période transitoire. Le taux de participation, évoluant en dents de scie tout au long de la journée, a atteint un taux d’un peu plus de 60% au final (51% en 2011). L’instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) devait annoncer les premiers résultats partiels dans la soirée du lundi ou mercredi, mais elle a jusqu’au 30 octobre pour prononcer son verdict définitif sur la composition du Parlement et ses 217 députés élus à la proportionnelle.
A 7 h précises ce dimanche, les bureaux de vote ont ouvert en série dans l’ensemble des villes tunisiennes. Loin de l’euphorie de 2011, les premiers électeurs tardaient à affluer et ce n’est que vers 9h-9h30 que les premières files se sont formées devant les salles de classe servant de bureaux de vote sous l’œil vigilent des observateurs locaux et étrangers mais aussi des forces de l’ordre.
A l’heure où nous mettions sous presse, les premières tendances ont commencé à se dessiner. Contactés par l’Economiste, des sources bien informées à Ennahda et Nidâa, ont confirmé les résultats suivants: Ennahda serait majoritaire dans le sud tunisien (Medenine Tataouine, Djerba, Kebeli, Gabès,…). Pour sa part, Nidaa aurait raflé la mise dans le Sahel tunisien (Sousse, Monastir), dans le Cap Bon (Nabeul, Hamamet,..), dans les villes du Nord Ouest (Kef, Jendouba Béjà). Les deux partis seraient ex eaquo sur une partie du Grand Tunis et même à l’étranger. Sont toutefois attendus les résultats de villes comme Sfax qui seraient déterminants pour l’un ou l’autre parti. Notons que les résultats annoncés par les partis ont été comptabilisés dans les bureaux de vote où ils étaient présents (Ennahda 96% des bureaux et Nidaa 82%).
En attendant le verdict des urnes, les spéculations vont bon train. Alors que Chafik Sarsar, à la tête de l’ISIE, répétait à qui voulait l’entendre que le silence électoral se poursuivait jusqu’à deux heures du matin (1H GMT), les deux plus grands partis en lice Nidâa Tounes et Ennahda organisaient des conférences de presse pour présenter des résultats préliminaires et tendances depuis les différents bureaux de vote. En même temps également, deux chaînes de télévision, en l’occurrence Al Wataniya et Ettounsia ont créé le buzz en dévoilant les résultats de sondage de deux bureaux d’études, Sigma Conseil et 3C, sur les tendances des résultats. Une pratique qui va à l’encontre de l’article 70 du code électoral qui interdit la publication de tout sondage durant le silence électoral.

Hassan Zargouni, patron de Sigma Conseil, institut de sondage, invité d’Ettounsia, donnait à une heure seulement de la fermeture des bureaux de vote les premières tendances. Une opération que beaucoup critiquent vu la célérité avec laquelle les résultats (graphiques et analyses comprises) même préliminaires de Sigma Conseil ont été diffusés. Alors qu’Ennahda revendiquait la victoire dans plusieurs circonscriptions, les résultats préliminaires de Hassan Zargouni annonçait celle sans appel de Nidâa Tounes avec 37%, talonné par Ennahda par 26%. Ils seraient suivis par le Front Populaire avec 5,4% et l’Union Libre du tumultueux homme d’affaires Slim Riahi avec 4,8%. Ce sondage a été effectué, selon Hassan Zargouni dans les bureaux de vote des différentes régions du pays. Les électeurs auraient été choisis selon «une méthode de segmentation respectant les différentes catégories sociales». Reste à savoir quelle taille d’échantillon a été retenue et quelle méthode a été utilisée pour aboutir à ces résultats pour le moins expéditifs.
Même son de cloche à Al Wataniya, où le second bureau d’études livrait des résultats quasi similaires: Nidaa Tounes: 36%, Ennahdha: 24%, Front populaire: 5%. Dans tous les cas, les derniers chiffres restent une simple prévision qui n’engage que ses concepteurs. Mais une chose est sûre: le coude à coude entre Ennahda et Nidâa Tounes se confirme aux dépens d’une miniaturisation des autres partis y compris Ettakatoul de Mustapha Ben Jâafar et le Congrès pour la République de Moncef Marzouki, deux partis phares de la troika avec Ennahda, et deux candidats aux futures élections présidentielles.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc