×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Marrakech débat des changements climatiques

Par L'Economiste | Edition N°:4361 Le 18/09/2014 | Partager
Le Maroc doit s’armer contre la sécheresse et les inondations

Les prévisions du réchauffement climatique au Maroc montrent l’urgence de les intégrer pleinement dans ses politiques de développement (Source: Ministère chargé de l’Environnement)

IL est temps d’agir! Les connaissances pour assurer son autosuffisance alimentaire, l’Afrique les a. Reste maintenant à mettre en action les acquis. C’est pourquoi, d’éminents participants, experts et acteurs, se réunissent à Marrakech du 8 au 10 octobre 2014 pour la 4e édition de la Conférence sur le changement climatique et le développement (CCDA-IV). Des thèmes majeurs pour notre pays, particulièrement vulnérable aux changements de climat. Situé entre une zone tempérée au Nord et tropicale au Sud, le Maroc devra notamment faire face à la progression d’un climat semi-aride dans le Nord du pays. Cette vulnérabilité, qui tend à progresser, est renforcée par une urbanisation croissante dans les zones à risque, comme le littoral, et par des mécanismes de gestion de crise encore fragiles. Ce dernier constat met à mal les prévisions météorologiques, qui parlent d’une augmentation importante de la fréquence et de l’intensité des événements extrêmes: les sécheresses et les inondations. Lors de l’édition précédente de la conférence, tenue en Ethiopie, les pays africains ont d’ailleurs été appelés à soutenir l’investissement dans la connaissance et les services climatiques, seul rempart au changement climatique sur le continent.
Cette 4è conférence à Marrakech espère renforcer les angles d’actions précédemment convenus et est d’autant plus attendue qu’elle aborde également la question du développement du continent, dans une année 2014, officiellement proclamée par l’ONU, année internationale de l'agriculture familiale. L'accent sera ainsi mis sur les opportunités qu’offre le savoir climatique pour transformer les systèmes de production agricole pour que l'Afrique assure son autosuffisance alimentaire de manière durable. Les populations au cœur du sujet sont celles considérées comme vulnérables: les agriculteurs, les femmes, les jeunes et les pasteurs. Populations avec lesquelles il faudra concrètement compter dans les débats. En effet, la société civile reste l’élément essentiel à l’exposé des réalités sur le terrain. Car l’objectif de ces conférences, organisées sous les auspices de  “Climat pour le développement en Afrique (ClimDev-Afrique)” un consortium de la Commission de l'Union africaine (CUA), la Commission économique pour l’Afrique (CEA) et la Banque africaine de développement (BAD), est bel et bien d’influencer la politique. Une occasion d’échanger sur les meilleures approches d'intégrer les opportunités du changement climatique dans les politiques, stratégies, planification et  pratiques en Afrique.
De notre correspondante,
Stéphanie JACOB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc