×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Tourisme: La ville met le cap sur l’Italie

Par L'Economiste | Edition N°:3968 Le 14/02/2013 | Partager
Grosse délégation à Milan pour la Bourse internationale du Tourisme
100 TO italiens programment le Maroc
Objectif : prospecter de nouveaux canaux de distribution

Marrakech est loin des réalisations de 2010. En 2012, la destination locomotive a attiré quelque 44.341 touristes qui ont généré 111.008 nuitées touristiques

Après le Fitur en Espagne, cap sur le marché italien. Les opérateurs marrakchis du tourisme se mobilisent pour le 33e salon de Milan, Bourse internationale du Tourisme (BIT) qui ouvre ses portes aujourd’hui 14 février. Objectif: récupérer les parts perdus sur ce marché, qui a accusé une baisse drastique avec un recul de près de 18%. Et malgré la légère reprise en 2012, la ville locomotive du tourisme qui accueille plus de 25% des arrivées italiennes, est bien loin des réalisations de 2010, année pendant laquelle ce marché avait réalisé 62.061 arrivées générant ainsi 156.450 nuitées. Pour les professionnels, la cité ocre pourrait faire  une plus grande percée sur ce marché vu que les Italiens sont friands du produit culturel. La destination  peut aussi compter sur le renforcement de sa position de produits haut de gamme avec les nouvelles enseignes qui y fleurissent. Marrakech ne sera pas la seule ville à mettre le cap sur le marché italien puisqu’une grande délégation constituée de l’ONMT et des CRT fait le déplacement au BIT pour consolider le positionnement de la marque Maroc et prospecter de nouveaux canaux de collaboration. L’ONMT pourrait y conclure des contrats de co-marketing avec 6 nouveaux TO qui devraient générer 10% des flux réalisés par les tour-opérateurs. A noter que 100 TO italiens programment le Maroc. A l’instar d’autres marchés européens, le rôle des tour-opérateurs italiens et surtout leurs parts de marché se réduisent d’année en année alors que les achats des voyages on line connaissent une montée en puissance. Les réservations par internet représentent  plus de 16% du marché total.  Au Maroc, le marché a enregistré une forte croissance du tourisme individuel en 2012 et ce, suite au développement et au renforcement des dessertes aériennes régulières et les low -cost.  Depuis 2011, Easyjet et Raynair offrent désormais 27 fréquences hebdomadaires vers Marrakech à partir de Rome, Milan, Pise… alors que RAM, Alitalia et Air Arabia totalisent 52 rotations par semaine sur Casablanca. Et désormais, les prises de décisions de voyages sont directement liées au prix des vols avec une forte proportion de clients à l’affût des bonnes occasions.
Ce sont là autant de paramètres à prendre en considération pour les stratégies de reconquête de ce marché qui réalise très peu au Maroc vu son grand potentiel.  Institutionnels et opérateurs de tourisme au Maroc tablent cette année sur une croissance de 4% sur le marché italien pour atteindre un flux de 220.000 arrivées. En effet, malgré la crise qui a affecté l’Italie, 27% d’Italiens ont voyagé à l’étranger en 2012. L’Espagne, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni figurent en tête des destinations avec 48% du volume des voyages. L’Afrique n’a réussi à attirer que 6,8% de voyageurs italiens contre 9,3 % en 2010.


B. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc