×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

La croissance mondiale va s’accélérer

Par L'Economiste | Edition N°:3955 Le 28/01/2013 | Partager
Le FMI prévoit 3,5% en 2013

DANS sa dernière mise à jour, le FMI a annoncé que la croissance s’accélérera progressivement en 2013, pour atteindre 3,5% en moyenne en taux annualisé, soit une légère amélioration par rapport aux 3,2% de 2012. Mais 0,1 point de pourcentage de moins que prévu dans l’édition d’octobre 2012 des PEM (Perspectives de l’économie mondiale). Une nouvelle accélération, à 4,1%, est prévue pour 2014, en supposant que la reprise s’installe fermement dans la zone euro. Reste que là, l’activité devrait se contracter de 0,2% en 2013, au lieu de progresser de 0,2%.
Les perspectives ont été révisées à la baisse, bien que les progrès des ajustements nationaux et le renforcement de la riposte face à la crise à l’échelle de l’UE aient réduit les risques extrêmes et amélioré les conditions de financement pour les pays de la périphérie. Toujours selon le FMI, dans les pays émergents et les pays en développement, la croissance devrait s’élever à 5,5% en 2013. Des politiques économiques de soutien ont contribué à l’accélération de l’activité dans beaucoup de ces pays. Mais le manque de vigueur de l’activité dans les pays avancés pèsera sur la demande extérieure, ainsi que sur les termes de l’échange des pays exportateurs de produits de base, précisent les économistes du FMI. Ceci étant donné l’hypothèse d’une baisse des cours des produits de base en 2013 dans la dernière mise à jour du FMI. Par ailleurs, les possibilités d’un nouvel assouplissement de la politique économique ont été réduites tandis que les goulets d’étranglement de l’offre et l’incertitude entourant l’action des pouvoirs publics ont freiné la croissance dans certains pays (cas du Brésil et de l’Inde).
En Afrique subsaharienne, l’activité devrait rester vigoureuse. Dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, de nombreux pays devront préserver la stabilité macroéconomique dans des conditions intérieures et extérieures difficiles.


F.Z.T.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc