×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Enquête

    Seins, fesses, sexe… on refait tout!

    Par L'Economiste | Edition N°:3801 Le 08/06/2012 | Partager
    Le business de l’esthétique en plein boom
    Refaire ses seins: la tendance aux courbes naturelles
    Le nec plus ultra: des fesses «à la brésilienne»

    Des seins voluptueux, des fesses «à la brésilienne», des lèvres pulpeuses, une virginité à 50 ans, de beaux pectoraux ou un pénis généreux… Plaire à l’extrême, c’est la nouvelle folie des Marocains, hommes et femmes confondus. Fini les tabous, on se lâche. Pas besoin d’ordonnance pour s’offrir les dernières méthodes pour se refaire le visage et le corps.
    Chaque année, la chirurgie esthétique voit arriver de nouveaux clients auxquels les médecins se pressent de répondre. Le business de l’esthétique est d’ailleurs très florissant, comme en témoigne le nombre de praticiens et de cliniques dédiées dans les grandes villes du Royaume. Depuis 10 ans, le secteur connaît un véritable boom et compte de nombreuses stars. La société actuelle se base sur l’esthétique et, de nos jours, être vieux et gros n’est pas beau. «Alors les gens veulent mettre toutes les chances de leur côté. Et le challenge, c’est que les patients soient contents», souligne un chirurgien  esthétique qui a requis l’anonymat estimant le dossier «trop osé». Et pour cela, ils sont prêts à tout. A dépenser sans compter pour garder un visage jeune et une silhouette harmonieuse. Même les parties intimes ne sont pas épargnées. La demande pour un rajeunissement ou un resserrement vaginal s’est multipliée. Et maintenant, la nouvelle tendance est la modification de l’apparence des organes génitaux. La réduction des grandes lèvres, le lifting et la liposuccion du pubis sont des opérations en vogue. Nombreuses sont les femmes qui, après un ou plusieurs accouchements, veulent retrouver un sexe de jeune fille. Même si la chose peut  sembler sexy, elle peut causer de mauvaises réactions.
    Comme le cas de cette dame qui a voulu «offrir une virginité à son mari» pour fêter une union de 25 ans et qui a récolté un divorce. Le mari, loin d’être flatté, a estimé qu’il avait aussi été berné la première fois! Il y en a qui sont vraiment timbrés! Les hommes non plus ne sont pas en reste, puisque la chirurgie visant à augmenter la taille du pénis a le vent en poupe.   
    Mais la chirurgie la plus populaire reste, de l’avis des spécialistes, l’augmentation ou la réduction mammaire car la tendance actuelle est aux courbes sexy et naturelles. L’abdominoplastie est aussi très en vogue, les femmes n’acceptant pas la transformation de leur corps après une ou plusieurs grossesses et les hommes n’acceptant plus leur ventre bedonnant, autrefois synonyme de «confort matériel».  Pour en arriver là, personne ne pense que «c’est un investissement farfelu».
    Les jeunes aussi succombent au diktat des magazines de mode. Les ados sont, en effet, de plus en plus nombreux à vouloir effacer «leurs complexes» en  passant par la case bistouri. Si le nez vient en tête des opérations les plus demandées, les jeunes veulent de beaux seins et des fesses «à la brésilienne». La mode du décolleté parfait et du jean taille basse qui doit mettre en valeur la poitrine et le postérieur. Et les parents suivent, sans rechigner, leur rejeton chez le chirurgien et sont prêts à débourser des sommes conséquentes,  pourvu que ce dernier «se sente bien dans sa tête». Mais il faut être prudent devant ces patients précoces  et, avant toute intervention, bien évaluer les motivations de ces jeunes patients.

    Fatima El Ouafi

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc