×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

67.000 chômeurs de plus

Par L'Economiste | Edition N°:2149 Le 11/11/2005 | Partager

. Le taux de chômage à 10,9% au troisième trimestre . Les femmes sont les plus touchéesLégère hausse du chômage au troisième trimestre. Les statistiques du Haut-Commissariat au Plan (HCP) relèvent un accroissement de 0,5 point. Ce qui s’est traduit par un taux de chômage de 10,9%, contre 10,4 à la même période en 2004. Le niveau du chômage demeure préoccupant, car une proportion importante de la population en âge de travailler reste sans emploi. Et en l’absence de filets sociaux, une frange importante se trouve dans une situation «d’extrême précarité». Cette progression est à mettre sur le compte «d’une conjoncture économique difficile». En zone urbaine, ce taux a évolué de 0,1 point, contre 0,9 dans les campagnes. Les femmes citadines sont les plus touchées (+2,3 points), les 35 à 44 ans et les personnes sans qualification en zone rurale. Au total, 67.000 personnes, dont la majorité provient du monde rural, sont venues grossir le contingent des chômeurs, qui dépasse toujours la barre du million: 1,189 million de personnes sont à la recherche d’un emploi, contre 1,122 million au troisième trimestre 2004. Selon la direction de la Statistique, la situation aurait pu être pire sans «les grands chantiers». A lui seul, le secteur du «bâtiment et des travaux publics» a créé 65.000 emplois, contre 41.000 dans «les services». En revanche, les pertes d’emplois ont été enregistrées dans le secteur industriel avec 24.000 postes et dans l’agriculture, la pêche et le secteur forestier, avec 43.000 emplois. Les créations d’emplois s’essoufflent: 36.000 postes seulement contre une moyenne de 326.000 enregistrée au cours des trois dernières années. Les effectifs ont surtout augmenté au niveau de la gente masculine (73.000 emplois nouveaux) contre une baisse de 37.000 pour les femmes. L’emploi féminin a régressé dans le secteur des services dans les villes, dans l’industrie et à la campagne. Par ailleurs, le taux de chômage des diplômés reste toujours élevé: 21,7% contre 22,1% au troisième trimestre 2004. Cette population a été ciblée lors des initiatives pour l’emploi tenues récemment à Skhirat mais il faut attendre plusieurs mois avant de pouvoir évaluer l’efficacité des mesures mises en place. C’est le cas des incitations à l’autoemploi et ce, à travers l’encouragement à la création de petites entreprises. Des facilités de financement sont accordées. Des incitations fiscales sont également accordées aux entreprises pour faciliter l’insertion des jeunes diplômés. Elles seront concrétisées avec l’adoption du projet de loi de Finances 2006. K. M.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc