×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Tourisme, benchmark entre le Maroc et la Turquie
Sécurité: Dispositif énorme et très discret

Par L'Economiste | Edition N°:1809 Le 12/07/2004 | Partager

. Un minuscule incident révèle l’ampleur du dispositif. Le personnel sécuritaire se fond dans le paysage La navette qui transporte des congressistes vient de manquer l’entrée de l’hôtel Divan, propriété de la chaîne Summit, au coeur du quartier surencombré de Taksim à Istanbul. Ce minuscule incident va révéler l’ampleur de l’organisation de sécurité existant pour les congrès en Turquie et une organisation qui aurait été peu détectable sans cette entrée ratée. Le loupé pose un problème bien difficile: le chauffeur propose de refaire le tour du quartier pour revenir prendre la bonne entrée. La jeune fille en t-shirt bleu ciel avec le logo du journal Milliyet, et préposée à l’accompagnement des congressistes, est ennuyée: «Ils ne vont pas comprendre pourquoi on leur fait refaire le tour du quartier et vont devenir inquiets». Elle n’est pas assez sûre de son anglais pour pouvoir expliquer cela de manière crédible à ses passagers. . Deux hommes élégantsAu fond du car, deux hommes élégants se sont levés et s’approchent: ils ont l’air de congressistes plus soucieux de leur apparence que la moyenne des patrons de presse qui tiennent leur congrès mondial en Turquie depuis l’avant-veille. Les deux hommes ne sont pourtant pas des congressistes. Ce sont des agents de sécurité. Ils sont vêtus de costumes chics et sans doute chers. Apparemment, c’est le système en Turquie pour veiller à la sécurité des touristes et des participants aux multiples séminaires, congrès... Les agents de sécurité se fondent dans les groupes qu’ils protègent-surveillent: ils ont dû recevoir des formations compliquées pour réussir ce tour de force d’avoir l’air d’être des éditeurs avec les éditeurs, des politiciens avec le congrès d’un parti politique, des judokas avec celui des judokas… Sans cet incident de l’entrée manquée, peut-être que personne n’aurait remarqué que ces deux passagers n’étaient pas des patrons de presse.L’incident montre aussi que le parcours des navettes avait été soigneusement pensé et qu’à la sortie du Palais de congrès, les gentilles invitations à prendre le car plutôt que de rentrer à pied faisaient aussi partie du plan de sécurité. Mais comment peut-on dire non à ces jeunes gens sympathiques et rieurs, en t-shirt bleu ciel portant la marque des grands journaux turcs? Ils avaient tous l’air d’être des étudiants en train d’arrondir leur bourse avec ce job de circonstance; de plus, le logo des confrères turcs ne peut que donner l’idée d’une relation familière et confiante. Est-ce que la réaction probable des congressistes face aux jeunes gens en t-shirt bleu fait aussi partie du plan de sécurité?En tout état de cause, le système est pensé et géré de manière à créer une connivence, une complicité entre les agents de sécurité et les personnes à protéger, de manière aussi à rendre cette protection quasiment insensible bien qu’elle soit permanente.Six mois plus tôt, le siège de la grande banque anglo-chinoise, HSBC, et celui du consulat britannique avaient sauté, faisant une soixantaine de morts à Istanbul. Il est évident que les Turcs ne veulent pas un autre problème de terrorisme et surtout pas si un millier de médias sont dans le tableau. . Gardes tirés à quatre épinglesLe chauffeur sort son GSM. Mais il grimace; il connaît le fonctionnement aléatoire des mobiles: en Turquie, les télécoms n’ont pas grand-chose à voir avec la qualité de service qu’il y a au Maroc. La jeune fille en bleu tire sa radio CB en même temps qu’un des agents en costume. Elle explique à son interlocuteur le problème tandis que l’agent, lui, parle, par CB, avec un de ses collègues… juste à côté du car, sur le trottoir de l’hôtel! Il le prévient qu’il va descendre avec la jeune fille et un groupe de congressistes. Par cette manoeuvre, on apprend que les trois messieurs, toujours différents et toujours tirés à quatre épingles qu’il y a en permanence devant l’établissement, ne sont pas des clients en attente de taxi. La jeune fille devant, un agent de chaque côté et un autre derrière, le petit groupe éberlué franchit les 30-40 m qui séparent le car de l’hôtel. La porte du car s’est refermée en claquant: elle n’est restée ouverte que le temps de faire descendre les congressistes. Derrière, le deuxième agent s’est campé, sa CB à la main. Dans le groupe, des rires éclatent: tout cela se met à ressembler un peu trop à un film. Dans le hall de l’hôtel, la sécurité redevient classique: trois policiers, dont deux policières, deux gardes privés en uniforme. Tous sont souriants et bien qu’ils passent des heures ensemble, ils évitent de se comporter comme s’ils étaient seuls au monde. Ils savent qu’ils sont au service des clients et tout dans leur comportement le souligne. Les uniformes sont moins élégants que ceux des gardes sur le trottoir, mais ils sont impeccables et sentent le repassé de frais. Il faut déposer sac et cartable sur le tapis à scanner, donner veste et pardessus à la policière en uniforme et gants blancs. Au lieu de bavarder avec ses collègues, c’est avec vous qu’elle parle. En deux-trois phrases, elle vous demande si la journée a été bonne, si vous sortez ce soir, tout en essayant de trouver votre langue anglais, allemand ou français. Une manière de faire prendre patience, une mini-enquête express ou une façon de bien accueillir les clients? Comment savoir? A l’autre bout de la Méditerranée, au Maroc, il faudra s’intéresser à ce savoir-faire des Turcs qui leur permet d’assurer la sécurité et d’en faire un plus dans l’accueil.N.S.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc