×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Nouveau coup dur pour le tourisme en Asie

Par L'Economiste | Edition N°:1927 Le 29/12/2004 | Partager

. TO et compagnies aériennes annoncent des annulations massivesLes raz-de-marée qui ont dévasté le 26 décembre les plus belles plages d’Asie du Sud-Est, portent un nouveau coup dur à l’industrie du tourisme dans la région, qui sortait juste d’une période marquée par les épidémies de Sras et de grippe aviaire, ont estimé le 28 décembre des professionnels du secteur. Malgré l’ampleur des dégâts matériels et humains, cette catastrophe naturelle devrait néanmoins avoir moins d’impact négatif dans la durée que la menace du terrorisme par exemple, car elle sera considérée par beaucoup comme un événement exceptionnel, ont avancé les professionnels. Au Japon (premier pays d’Asie par le nombre de ses touristes à l’étranger), les agences de voyages craignent que les destinations touristiques situées dans l’océan indienne soient désormais associées à cette catastrophe par le grand public, plutôt qu’à des vacances ensoleillées. “L’impact à court terme du tremblement de terre est un vrai coup dur pour l’hôtellerie”, a confirmé Tsuneo Nishiyama, porte-parole de la première agence de voyages nippone, Japan Travel Bureau. “Nous craignons également que l’impact psychologique sur les touristes japonais ne dure plus longtemps que prévu”, a-t-il ajouté. L’une des îles les plus populaires en Asie, Phuket (Thaïlande), qui a compté plus de cent morts après le passage du raz-de-marée, est particulièrement concernée. Le tourisme a repris cette année en Asie après une année 2003 marquée par l’épidémie de pneumonie atypique tuant près de 800 personnes, en particulier à Hong Kong et en Chine. Mais les flux de voyageurs n’ont jamais atteint leur pleine capacité en raison notamment d’une épidémie de grippe aviaire en 2004 (au moins 32 morts) et de craintes d’attaques terroristes après les explosions dans des boîtes de nuit à Bali (Indonésie) en 2002. Jusqu’au week-end dernier, le nombre des Japonais partis en vacances d’hiver en Thaïlande était attendu en progression de 14,7% par rapport à l’an dernier, à 39.000 personnes, selon Japan Travel Bureau, qui ne pouvait pas encore indiquer le nombre des annulations. Par ailleurs, deux compagnies aériennes sud-coréennes, Korean Air et Asiana Airlines, ont annoncé des annulations massives sur des réservations de vols en direction de Phuket. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc