×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

La sécurité sociale veut recruter dans l’agriculture

Par L'Economiste | Edition N°:1918 Le 16/12/2004 | Partager

. 53.000 travailleurs étaient déclarés en 2003. 400.000 salariés sont potentiellement couvrables . Une stratégie en préparation à la CNSSComment généraliser la couverture sociale aux travailleurs agricoles? C’est à ce chantier que compte s’attaquer la CNSS qui organise le 20 décembre à Agadir un colloque sur la protection sociale des travailleurs agricoles. Trois raisons poussent la Caisse à s’atteler à ce chantier, indique Abdelouahid Khouja, directeur de la Stratégie lors de la conférence de presse organisée hier mercredi 15 décembre. D’abord, il s’agit là d’une concrétisation du plan stratégique de la Caisse qui vise 2 millions d’assurés. Ensuite, la couverture médicale des salariés est liée au paiement effectif de la cotisation. Enfin, Khouja parle de pression externe liée aux conditions à remplir pour pouvoir exporter sur certains marchés: le respect des normes sociales exigé par les clients et donneurs d’ordre étrangers. Mais la tâche n’est pas facile. Sur 400.000 personnes qui travaillent dans l’agriculture, seules 53.000 sont couvertes. Plusieurs difficultés doivent être dépassées. La Caisse a d’ailleurs identifié les facteurs qui bloquent la généralisation de cette couverture. Certains sont d’ordre administratif et directement liés à la CNSS. C’est le cas de l’adoption de procédures et d’imprimés conçus pour des secteurs mieux organisés, de l’insuffisance des structures de la CNSS dans la campagne et du déficit de communication. Deux tiers des affiliés CNSS dans ce secteur sont des unités de production publiques et des domaines royaux. L’immatriculation réalisée sur la base des registres des employeurs exclut les temporaires et les saisonniers. Quant à la déclaration des salaires, elle ne connaît pas de suivi rigoureux et le délai d’émission n’est pas respecté. D’ailleurs le système de déclaration de salaire et de paiement des cotisations ne tient pas compte des spécificités du secteur, à savoir la mobilité de la main-d’oeuvre et la faiblesse du niveau des salaires. D’autres blocages identifiés sont liés au secteur agricole lui-même. Il s’agit des contraintes climatiques, de l’exiguïté des exploitations et du surendettement des agriculteurs. Des contraintes socioculturelles sont également relevées: le niveau d’instruction insuffisant et le vieillissement des agriculteurs. L’employeur préfère éviter les tracasseries administratives et refuse aussi de payer les charges sociales. La Caisse de sécurité sociale prévoit de mettre en place un plan d’attaque pour arriver à son objectif de 2 millions d’assurés fin 2005. Elle compte former les agents qui seront appelés à gérer ce secteur, doter les agences de moyens humains et matériels et organiser des campagnes de sensibilisation au profit des ouvriers agricoles et des employeurs. Elle compte aussi assainir les fichiers agricoles, cibler l’implantation des agences. Une stratégie globale est ainsi envisagée. Elle viserait la mise en place d’une procédure propre aux travailleurs temporaires et saisonniers et d’un régime spécifique pour les exploitants agricoles.


Taux de couverture de 13%

L’extension des allocations familiales aux travailleurs agricoles est envisagée. En tout cas, l’accès à cette prestation pourrait pousser les travailleurs à faire pression sur leurs employeurs. Ce qui permettra d’améliorer le taux de couverture des salariés agricole jugé très faible. Il ne dépasse pas 13%. En 2003, le nombre d’affiliés (secteur agricole) inscrits à la CNSS s’est établi à 13.777 contre 13.379 en 2002. Quant au nombre d’affiliés actifs, il a accusé une baisse de 2,5%. Il est passé de 1.963 affiliés actifs en 2002 à 1.914. En 2003, 404 nouvelles affiliations ont été enregistrées contre 237 une année plus tôt. Le nombre de mois déclarés est également en baisse: 7,2 mois en 2003 contre 8,1 mois en 2002. K. M.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc