×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Ksar Aït Benhadou: Un site universel en péril

Par L'Economiste | Edition N°:1663 Le 16/12/2003 | Partager

. Il risque d’être déclassé si aucune action de réhabilitation n’est entreprise. Commune, société civile, secteur privé… doivent s’impliquer Dégradation, dépeuplement, déficit en infrastructures, absence d’intégration socioéconomique… Les maux qui rongent Ksar Aït Benhadou, un site historique situé à 30 km de Ouarzazate, sont nombreux. Ce site, inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1987, est en péril. Le sacre de valeur universelle dont il jouit pourrait lui être retiré, si aucune action de réhabilitation n’est entreprise. Ce sera une perte supplémentaire pour une région connue par son attraction touristique et sa production cinématographique.L’Unesco vient de lancer un dernier rappel aux responsables de la région pour entreprendre des démarches urgentes pour la sauvegarde et la gestion durable du site. Sinon, elle le déclassera de la liste du patrimoine mondial. Cet ultimatum a fait bouger les autorités de la région. Une commission composée du ministère de la Culture, du gouverneur, des responsables de la commune Aït Zineb et des associations, a entrepris une action d’urgence pour établir les axes prioritaires de sauvegarde. L’objectif est d’adopter un plan de réhabilitation pour une gestion durable du ksar. La situation de ce site, dont la vulnérabilité est à un stade avancé, doit permettre de tirer les enseignements quant à la nécessité d’adopter une nouvelle stratégie en matière de préservation du patrimoine national.Les conséquences d’un déclassement seront négatives à plus d’un titre, particulièrement sur le plan touristique. Le tourisme constitue actuellement le principal pôle d ‘attraction pour toute la région qui accueille près de 130.000 touristes par an. Pour cela, la commission compte mettre en place une nouvelle démarche, basée sur des axes d’intervention ciblés.D’abord, l’intégration des biens culturels à leur environnement économique et social. Une manière de laisser les valeurs historiques du site intactes. Ensuite, l’identification en amont des moyens appropriés pour accompagner les projets sera mise en valeur. Sur ce registre, l’implication des collectivités locales, de la société civile, des autorités et du secteur privé dans le cadre d’un partenariat est nécessaire. «Les efforts de réhabilitation ne peuvent aboutir sans la concertation et l’action commune avec les populations et les associations locales», précise Moncef Fadili, coordonnateur de l’agenda 21 au niveau local. Pour lui, la participation des populations à la sauvegarde du patrimoine est un gage du maintien du site Aït Benhadou sur la liste du patrimoine mondial. L’accompagnement social et le travail de proximité, en particulier en faveur des populations défavorisées, devront s’inscrire dans la continuité, notamment avec le renforcement de la formation en faveur des élus, font valoir les experts de l’Unesco.Parmi les recommandations préconisées figure la mise en place d’un dispositif local permettant l’élaboration et la mise en oeuvre du plan de gestion.En tant que ministère de tutelle, le département de la Culture doit s’assurer du suivi du classement du site au patrimoine national et la mobilisation des partenaires nationaux et internationaux pour la pérennité du Ksar Aït Benhadou.


Dépeuplement

La construction du Ksar Aït Benhadou remonte au XIe siècle (Almoravide). Il est situé sur la rive gauche de l’Oued Maleh. Son emplacement le met à la merci des crues, le rendant inaccessible au moment des intempéries. Les inondations de 1989 avaient précipité le départ de la population vers la rive droite de l’oued, qui compte une centaine de foyers contre 6 pour le Ksar. Les activités dans l’environnement du site sont dominées par l’agriculture, l’élevage, l’artisanat et le tourisme.Sa population s’élève à 700 habitants, essentiellement implantée dans le douar à proximité de la route. Le site est marqué par un fort dépeuplement et figure parmi les 24 douars de la commune rurale d’Aït Zineb (9.000 habitants). Nabil BOUBRAHIMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc