×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Cannabis: Le Rif produit 47.000 tonnes par an

Par L'Economiste | Edition N°:1663 Le 16/12/2003 | Partager

. La superficie cultivée s’étend sur 134.000 hectares en 2003. Les producteurs en tirent plus de 2 milliards de DH alors que la valeur commerciale est de 120 milliardsLa culture de cannabis est en crescendo au Maroc. Selon la première enquête réalisée conjointement par le gouvernement marocain et l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) dont les résultats ont été rendus publics hier lundi, la production de cannabis brut dans le pays a atteint, cette année, 47.000 tonnes correspondant à environ 3.080 tonnes de haschich.Le phénomène ne cesse en effet de s’amplifier. De 75.000 hectares, il y a une dizaine d’années, la superficie des cultures de cannabis a presque doublé en passant à 134.000 hectares aujourd’hui. Les résultats de l’enquête sur le cannabis 2003 montre que cette culture se concentre essentiellement dans les provinces de la région septentrionale longeant la chaîne montagneuse du Rif. Chefchaouen représente 50% des cultures et 43% de la production potentielle de cannabis brut, suivie de Taounate (19%), d’Al Hoceïma (17%) et des provinces de Larache et Tétouan.L’enquête réalisée entre le 28 juillet et le 16 août 2003 est une première du genre. La collecte d’informations fiables sur les populations, les cultures pratiquées, les sources de revenu des agriculteurs et de la main-d’oeuvre employée par cette activité devraient permettre de circonscrire le phénomène et de procéder à une éradication progressive du cannabis. Il s’agit pour le gouvernement d’assurer aux populations, qui vivent encore des cultures de cannabis, des revenus alternatifs grâce au développement d’une production agricole commercialisable. Il sera toutefois difficile de trouver des alternatives qui donnent des recettes égales à celles réalisées par les producteurs. Ils en tirent en effet un revenu total de 214 millions de dollars, soit 2 milliards 140 millions de DH. Le revenu moyen tiré du cannabis par chaque famille est estimé à 2.200 dollars (22.000 DH), soit environ la moitié (51%) de son revenu annuel total (4.351 dollars) en 2003, selon un communiqué de presse. Une grande différence par rapport au per-capita national mais une portion congrue comparée à la valeur commerciale totale de la résine de cannabis marocaine estimée à 12 milliards de dollars. Cet argent, indique l’enquête, revient, pour l’essentiel, aux réseaux de trafiquants qui opèrent en Europe. La production approvisionne principalement les marchés européens. A l’instar de la culture de drogues illicites, la production de cannabis au Maroc est largement stimulée par la demande. «Les habitudes de l’Europe en matière de consommation de drogues sont au coeur de cette activité illégale, qui s’explique, sans se justifier, par la pauvreté de la population du Rif», a déclaré Antonio Maria Costa, directeur général de l’ONUDC qui a piloté l’enquête. Trois facteurs essentiels contribuent à l’augmentation de la production du cannabis: sa présence séculaire, la pauvreté d’une région très peuplée et l’expansion spectaculaire de la consommation de cannabis depuis les années 1970. Les résultats de l’enquête montrent en effet que l’intensification de cette culture, ces dernières années, a eu des répercussions négatives sur d’autres activités agricoles. Ce phénomène de monoculture met en danger l’écosystème, en raison de l’usage abondant d’engrais et de la surexploitation des sols par les agriculteurs. En outre, des zones forestières, l’une des spécificités du Rif, sont détruites chaque année pour permettre de nouvelles cultures de cannabis, accélérant ainsi l’érosion des sols.


Saisies de cannabis

L’Espagne, qui constitue la plaque tournante de ce trafic mondial de cannabis, détient la palme d’honneur en matière de saisies de haschich. En 2001, c’est dans ce pays que les saisies les plus importantes ont été effectuées, soit 57% des saisies mondiales et 75% de celles faites en Europe. Le Maroc figurait en troisième place avec 7% des saisies mondiales. Noureddine FASSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc