×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique

Forum pour l’avenir
Les recommandations en deçà des attentes

Par L'Economiste | Edition N°:1915 Le 13/12/2004 | Partager

. Le dialogue et l’écoute active, le plus important dans ce processus. Concurrence UE-USA sur la région. Le prochain forum à BahreïnRabat étincelait vendredi et samedi derniers, arborant les couleurs de la vingtaine de pays invités au Forum pour l’avenir. Une rencontre au sommet coprésidée par le Maroc et les Etats-Unis et dont l’objectif est de faire décoller la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord élargie. Rues propres, de la verdure en plus, mobilisation exceptionnelle de la sécurité... la capitale du Royaume a réussi le pari, malgré quelques désagréments pour certains participants. L’Iran a décliné l’invitation et Israël n’était pas invité au forum, parce qu’il est, selon les explications officielles, une démocratie et qu’il n’a pas besoin de ce plan. Mais tout le monde l’a compris et explicité: le conflit israélo-palestinien bloque tout. Les quelque 200 participants l’ont dit: sans paix, pas de réforme dans cette région. La réunion des 23 pays concernés a eu lieu au ministère des Affaires étrangères, une construction moderne et en face, le Centre de presse, surplombant la vallée du Bouregreg, à l’ancienne résidence du général Lyautey (un bijou architectural), qui est aujourd’hui une extension du ministère de l’Intérieur. Les journalistes n’ont pas eu le droit d’assister aux séances plénières de samedi matin, retransmises en visioconférence. La rencontre a abouti comme prévu à des recommandations mais qui restent modestes et peu innovantes. A l’évidence, elles vont dans le sens des initiatives initiales proposées par le G8 pour seconder les programmes de développement locaux (cf. L’Economiste du 15 juin et 10 décembre 2004).Ainsi, les pays de la région Mena doivent jouer un rôle important à l’OMC. «Les réformes économiques sont nécessaires, mais dans un cadre volontaire et progressif, qui prend en compte les spécificités de chaque pays». Les mécanismes de lutte contre la pauvreté et la création de petites entreprises seront renforcés. Un fonds pour le financement des projets proposés est prévu et doit être doté de 100 millions de dollars, dont 15 millions à verser par les USA. La participation des femmes aux activités politiques et socioéconomiques est à soutenir coûte que coûte pour un développement durable. Les pays de la région Mena et le G8 devront enfin mettre en oeuvre un programme de coopération de 3 ans, en collaboration avec l’OCDE (Organisation européenne de coopération et de développement) et la Banque mondiale.Sur le terrain, du moins pour le Maroc, les aides les plus importantes viennent pour l’heure de France et d’Union européenne, dans le cadre du processus de Barcelone. Processus fermement défendu par le chef de la diplomatie française, Michel Barnier, en marge de l’évènement. Pour lui, «ce forum doit rester un espace de dialogue et non s’ériger en institution». Interrogé sur la modestie du plan proposé, Powell a expliqué que celui-ci venait soutenir d’autres initiatives. D’ailleurs, il a rappelé que «le Maroc bénéficie désormais du Millenium Challenge account en plus des aides américaines qui ont été doublées». La concurrence UE-USA commence à produire ses effets sur le terrain. Et c’est tant mieux. Quel avenir pour ce forum? Les participants se sont déjà donné rendez-vous l’année prochaine à Bahreïn et en Jordanie en 2006.


Fini la matraque?

La coalition contre le Forum pour l’avenir a manifesté devant le Parlement vendredi dans le calme. Quelques centaines de personnes entourées d’une ceinture des forces de l’ordre scandaient «le Forum pour l’avenir et l’impérialisme américain, c’est la même chose». Des diplômés chômeurs se sont même mêlés à eux, profitant du contexte international et de la présence des médias étrangers. Médias qui faisaient pratiquement la queue pour prendre les déclarations du chef de file du mouvement, l’avocat Khalid Sefiani! C’était une manifestation gentille, ordonnée et pacifique.Est-ce une réelle évolution ou de la poudre aux yeux pour montrer la démocratisation du pays par l’affichage d’un contre-pouvoir, somme toute très frêle? Les diplômés chômeurs, les handicapés chômeurs et les aveugles chômeurs, qui ont multiplié ces derniers mois les manifestations, auront-ils désormais droit au même traitement? Le Maroc lâchera-t-il sa matraque?Mouna KADIRI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc