×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique

Forum pour l’avenir
Powell: «Les réformes ne peuvent pas attendre»

Par L'Economiste | Edition N°:1915 Le 13/12/2004 | Partager

. La démocratisation est nécessaire dans la région. La France est contre l’institutionnalisation du processusColin Powell l’a encore répété sans nuances: “La réforme doit provenir de l’intérieur et non s’imposer de l’extérieur aux pays de la région”. Les pays du G8 et du Proche-Orient et de l’Afrique du Nord sont d’accord sur cette donne essentielle que le premier Forum pour l’avenir, tenu samedi dernier à Rabat, a consacrée. Il s’agira de voir comment conduire ce nouveau partenariat, plus axé sur le volet économique et social. C’est une concession de taille arrachée aux Américains, même si Powell est revenu à la charge lors de la conférence de presse conjointe avec Mohmed Benaïssa à l’issue du forum. Comme pour rappeler l’incontournable réforme politique dans ce processus naissant, le secrétaire d’Etat américain aux Affaires étrangères a fini par lâcher: “La démocratisation est nécessaire dans la région et les réformes ne peuvent pas attendre. Elles doivent continuer, les enfants ont besoin d’éducation maintenant”. Pour lui, des pays de la région veulent progresser par l’Etat de droit. Plusieurs expériences sont concluantes, ajoute le diplomate tout en citant l’exemple du Maroc. Cependant, Powell est conscient des défis que la région doit relever. Celui qui arrive en tête reste incontestablement le conflit israélo-palestinien. Sur ce chapitre, des possibilités pour relancer le processus de paix existent. La tenue des élections palestiniennes pourra créer le climat et les conditions d’une relance de la feuille de route. Les Etats-Unis sont déterminés à s’impliquer pour que les dirigeants des deux pays puissent mieux saisir cette opportunité, rappelle Powell. De son côté, Michel Barnier, ministre français des Affaires étrangères, a aussi insisté sur la résolution des conflits dans la région, particulièrement au Proche-Orient et en Irak. Cependant, son approche se distingue de celle des Etats-Unis au sujet du forum. Il a, à cette occasion, émis des réserves similaires à celles de certains pays comme l’Arabie saoudite ou la Syrie. En d’autres termes, la France partage les idées de dialogue, mais ne cherche pas à l’institutionnaliser. D’autres processus existent comme celui de Barcelone. Il faudra les réanimer. Ce ne sera pas une chose simple tant que le conflit israélo-palestinien persiste.Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc