×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Fès : Les élections de la CGEM reportées

Par L'Economiste | Edition N°:1664 Le 17/12/2003 | Partager

. Un membre du bureau dénonce des vices de procédure. Le vote ajourné sine die C’est dans une ambiance houleuse, ponctuée d’accrochages verbaux, qu’a eu lieu, le 12 decembre, la réunion électorale du bureau de la CGEM. Deux candidats étaient en lice pour la fauteuil de président, Mohamed Berrada Rkhami et Aziz Benchekroun. Alors que le président, Abdelatif Tajmouati, entamait les travaux de la séance, un membre du bureau sortant, Ghorfi Madani, demanda une mise au point pour qualifier l’assemblée d’illégale. Pour lui, “la candidature de Benchekroun est irrecevable pour ne pas avoir été déposée dans les délais, comme stipulé par les statuts, c’est-à-dire un mois avant les élections”. Le secrétaire général de la CGEM a tenté d’expliquer que “cette loi n’est valable que pour la présidence de la confédération. Pour les fédérations et les unions régionales, l’usage et la pratique autorisent les candidats de se déclarer jusqu’à l’ouverture même de l’assemblée”. Rien à faire, Madani et ses acolytes (une dizaine en tout) n’ont pas voulu lâcher prise, allant même jusqu’à quitter la salle. Un sympathisant de Benchekroun prit la parole pour souligner que “le bureau de la CGEM a toujours été inactif et que les membres du bureau devaient être inscrits sur la liste noire”. Offensé, Tajmouati, le président, s’est à son tour retiré de la réunion.Pendant plus d’une heure, la séance a été interrompue, personne ne savait ce qui allait se passer. On entendait du brouhaha partout, chacun criait de son côté pour défendre sa cause. Le président a alors annoncé qu’il valait mieux “dans une ambiance aussi électrifiée, reporter l’assemblée une date ultérieure”. Notons que l’union régionale de la CGEM centre-nord est constituée de 147 entités inscrites, dont 9 associations et 138 entreprises. Parmi ces entreprises, 50 se sont affiliées à la CGEM pour les élections et la moitié des 88 autres adhérents inscrits ne sont pas à jour de leur cotisation. Du côté des associations, six ont aussi adhéré à la CGEM à la veille des élections, il s’agit de l’association des exploitants de bains publics (20 voix), de l’association des restaurants (10 voix), de l’association des écoles privées (20 voix), de l’association des lotisseurs promoteurs (20 voix), l’association des notaires (20 voix) et de l’association des assureurs (20 voix). Le dossier de l’Amith a été refusé pour une question de paperasse incomplète. Les trois autres associations qui ont toujours fait partie de la CGEM sont l’association de l’industrie hôtelière (5 voix), l’association professionnelle de l’industrie céramique (20 voix) et l’association nationale des BTP (20 voix).M. K.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc