×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Fès: Le centre d’hémodialyse en mal de financement

Par L'Economiste | Edition N°:1664 Le 17/12/2003 | Partager

. L’association de soutien aux hôpitaux, qui prenait en charge gratuitement les malades, se retire. Les patients, pour la plupart démunis, livrés à eux mêmesLes 70 patients du centre d’hémodialyse de l’hôpital El Ghassani ont observé un sit-in d’une heure la semaine dernière pour manifester leur inquiétude. L’association de soutien aux hôpitaux qui les prend en charge gratuitement se retire. L’an passé, elle avait prévenu les responsables du centre qu’elle supporterait les frais pour une année seulement, le temps qu’ils parviennent à une solution. Pour rappel, c’est l’Haj Mohamed Sekkat, par le biais de son association de soutien aux hôpitaux, qui a construit et équipé le centre en 1996. Une dizaine d’appareils ont été donc installés pour soigner une vingtaine de malades. Deux ans plus tard, un autre mécène double la capacité du centre, portant ainsi le nombre de ces appareils à 20. Au total, ce sont 3,7 millions de DH qui ont été injectés par les deux bienfaiteurs dans la construction et l’équipement de l’unité d’hémodialyse. A côté de cet investissement initial, l’association supporte les frais de fonctionnement annuel qui ont augmenté depuis l’extension du centre, s’élevant ainsi à 1,6 million de DH. L’hôpital, quant à lui, contribue à hauteur de 324.000 DH, en prenant en charge les médicaments et l’approvisionnement en sang. Les patients sont tous des malades nécessiteux qui n’auraient pas eu la chance de profiter de ces soins si ce n’était pas gratuit.Aujourd’hui, les malades sont désespérés. “Depuis peu, le ministère de la Santé a adopté le projet de l’ancien gouvernement concernant la location du centre d’hémodialyse à une société privée dont le marché vient d’être adjugé”, indique Mountassir Chefchaouni, directeur du CHU de Fès. Cette société à dix mois pour installer son matériel dans les différents centres de dialyse du Maroc, c’est en tout cas le délai qui lui a été fixé par le ministère. Pour Fès, vu l’urgence de la situation, ce projet pourrait se faire d’ici fin janvier. “Entre-temps, les patients seront éventuellement pris en charge par le ministère”, annonce Chefchaouni. Le contrat prévoit de faire participer le malade à hauteur de 200 DH par semaine pour sa dialyse. Un montant nettement inférieur à celui qui est pratiqué dans le privé, c’est-à-dire 750 DH. Encore faut-il que les patients puissent se procurer cette somme. La seule solution serait éventuellement que certains mécènes décident de prendre en charge un ou deux malades à vie.De notre correspondante, Mouna KHAMLICHI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc