×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Fès: De jeunes bénévoles au secours de l’enfance abandonnée

Par L'Economiste | Edition N°:1928 Le 30/12/2004 | Partager

. Visite de prospection pour la création d’un centre d’hébergement. Un jeune MRE à l’origine de cette initiative . Action de lobbying en France «Une baraque de 45 mètres carrés héberge une famille de sept personnes et même plus!». Les membres de l’association Fès Enfance Solidaire (FES) ont été choqués par le surpeuplement dans les bidonvilles de la banlieue de Fès. A l’issue d’un séjour de 15 jours, ces bénévoles originaires de Dieppe en France et dont l’âge oscille entre 19 et 23 ans, ont décidé de revenir en février pour passer à l’action (1). Et leur initiative sera orientée vers les enfants de la rue. Les jeunes de l’association n’ont qu’une idée en tête: «Agir vite et trouver le financement nécessaire pour créer un centre d’accueil à Fès». «Un local où les enfants pourraient vivre décemment. L’association envisage aussi pour les plus âgés de les diriger vers des structures adaptées afin de leur permettre de se réinsérer dans la société et pour les plus jeunes, de reprendre l’école ». C’est Aïssam Kaaouas, un jeune MRE dont les parents sont originaires de Fès, qui a initié l’action de l’association. «En vacances à Fès, j’ai trouvé que beaucoup d’enfants vivaient dans la rue. Fils de paysans venus grossir les bidonvilles pour la plupart, ils sont livrés à eux-mêmes. Ils errent dans les rues, sniffent de la colle, se font exploiter dans des commerces illicites ou même se prostituent», se désole Kaaouas. Pour venir en aide à ces enfants, que tout prédestine à la grande délinquance, cet étudiant de 23 ans a fondé avec quelques amis l’association FES, en rentrant en France. Attiré par le social, Aïssam souhaiterait intégrer une école pour exercer dans l’humanitaire et devenir coordinateur d’un projet de développement rural ou urbain dans un pays du Tiers-Monde. «Nous sommes tous de bons copains. Nous nous connaissons depuis les études primaires. Et nous avons déjà travaillé dans l’animation. Et surtout nous partageons la même sensibilité pour les enfants», dit-il de ses collègues. Durant leur séjour à Fès, les membres de FES ont rencontré plusieurs associations (Rotary Club, Ahli, Bayti, Fès-Saiss). Ils voulaient s’inspirer des expériences dans le domaine, collaborer avec des associations locales. Ils souhaitaient aussi avoir l’aide des autorités. Ahmed Arafa, wali de la région Fès-Boulemane, a promis de les aider. En France, Aïssam et ses amis ont déjà le soutien de la Mission locale et du centre social de Neuville-lès-Dieppe. Ils pensent demander des subventions à divers organismes, comme le conseil général de Dieppe, ou des organismes européens. Ils ont eu des contacts avec un élu dieppois et ils comptent également taper à la porte du ministère des Affaires étrangères. De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI ---------------------------------------------------------------------------------------------- (1) Les membres de l’association sont: Aïssam Kaaouas, président; Guillaume Denormandie, vice-président; Mathieu Barbier, trésorier; Hélène Emain, trésorier-adjoint; Gabriel Devaux, secrétaire; Simon Lorphelin et Cora Cox, membres

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc