×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Exportations de tomate
Les opérateurs s’attendent à une campagne difficile

Par L'Economiste | Edition N°:1871 Le 08/10/2004 | Partager

. La concurrence turque et polonaise impacte les cours . Les premières expéditions partiront le 15 octobre Les premières expéditions de tomates du Souss vers l’Union européenne ne tarderont pas à être acheminées. La campagne d’exportation des primeurs 2004-2005 va démarrer officiellement le 15 octobre. Une opération que préparent ardemment les producteurs depuis l’été. Plus de 70% des semis ont été réalisés avant le 15 août. Pour cette nouvelle année de production, les superficies globales cultivées en tomates sont restées inchangées. Selon les premiers chiffres recueillis auprès des professionnels, le Souss Massa compte 4.150 ha de cultures de tomates dont 3.900 ha sous serre et 250 ha en plein champ. Pour le mois d’octobre, selon les prévisions des opérateurs, la zone produira plus de 36.000 tonnes environ, 40.000 tonnes au total à l’échelle Maroc. Au départ du Royaume, le contingent destiné à l’Union européenne en octobre est fixé à 10.600 tonnes, dont plus de 90% assurés par le Souss Massa. C’est pour des raisons qualitatives, selon les représentants de l’Association des producteurs et producteurs-exportateurs des fruits et légumes (Apefel), que le démarrage de l’opération d’expédition a été fixé à mi-octobre. Les premiers bouquets en effet ont souffert des dernières chaleurs qui ont engendré de mauvaises nouaisons. Sur le plan commercial, les exportateurs marocains de tomates seront confrontés dès leur arrivée sur le marché européen, à la concurrence ardue des opérateurs turcs et polonais. Une présence qui a une influence négative sur les cours. De l’avis de Samir Tazi, vice-président de l’Apefel, la campagne d’exportation de tomates 2004/2005 sera plutôt difficile, à l’instar de la précédente. La météo et l’attitude des consommateurs n’ont pas arrangé les choses non plus. Sur ce dernier volet, les observateurs ont décelé une atonie de la consommation. On invoque également une recrudescence de jardins familiaux, produisant particulièrement de la tomate. Ceci sans oublier que les modes de consommation évoluent. Les clients sont de plus en plus à la recherche de produits élaborés. Une voie que le producteur marocain devrait explorer, souligne Samir Tazi. Pour lui, le salut de l’exportateur marocain se trouve aussi, outre la diversification des produits et des niches, dans la mise en place d’une bonne logistique. L’acheminement par la biais de conteneurs au départ d’Agadir pourrait être la solution à de nombreux problèmes de l’export des fruits et légumes, notamment ceux que vivent les transporteurs par camions au port de Tanger.


Approvisionnement pour Ramadan

A en croire les opérateurs, le marché local ne devrait pas connaître de problème d’approvisionnement en tomates pendant le mois de Ramadan. L’échelonnement des plantations devrait assurer une alimentation régulière et suffisante du marché malgré l’impact de la chaleur sur les premiers bouquets. Il n’est toutefois pas exclu que le produit enregistre une flambée des prix qui pourrait être engendrée par la spéculation des intermédiaires. De notre correspondante, Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc