×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Concurrence: Mise en garde sévère contre Savola

Par L'Economiste | Edition N°:2429 Le 25/12/2006 | Partager

. Un cas avéré de dumping, selon le conseil de la concurrence. Savola vendait à perte depuis juillet 2004C’est une première dans le monde des affaires au Maroc. L’autorité de régulation vient de dévoiler les résultats de l’enquête détaillée sur le secteur des huiles au Maroc. La demande formulée par l’ensemble des opérateurs de ce secteur a été jugée recevable par le ministre des Affaires économiques, générales et des télécoms, Rachid Talbi Alami. «C’est un cas avéré de dumping, qui va à l’encontre non seulement des pratiques loyales, mais qui met en danger tout un secteur d’activité de l’économie nationale», souligne une source proche du dossier. Selon la même enquête, les pertes cumulées par la filiale du géant saoudien s’élèvent à 200 millions de dirhams depuis le démarrage effectif de son activité (juillet 2004). «La société vend ses produits finis pratiquement au prix d’achat des matières premières». Rappelons que durant les six premiers mois de son activité, sur environ 89 millions de charges en achats, elle a réalisé des ventes de l’ordre de 81 millions, sachant que le marché de l’huile n’est pas déprimé. Les pertes ont atteint 28 millions pour un capital de 54 millions de dirhams à cette époque-là. Les autres opérateurs ne cachent pas leur satisfaction, «toute concurrence est la bienvenue pourvue qu’elle respecte les règles du jeu et les pratiques en place dans la limite de ce que permet la loi», déclare Ahmed Rahou, PDG de Lesieur-Cristal. Avant d’ajouter «tout le monde a la liberté d’investir et nous sommes prêts à défier toute concurrence par la qualité de nos produits».Rappelons que la législation dans ce domaine prévoit des sanctions verbales ou pécuniaires conformément à l’article 68 de la loi sur la concurrence 06-99. Savola Maroc, concernée par cet avertissement, aura un droit de recours. Elle pourra contester la décision près des tribunaux de commerce, en se basant sur le procès-verbal qui est dressé à l’issue de cette réunion. Reste à savoir si Savola va engager une procédure dans ce sens.En tout cas, «l’arbitre a sifflé un coup front justifié» et ce ne peut être qu’un bon signe pour tous les opérateurs de l’économie nationale et pas seulement le secteur des huiles. En désignant du doigt Savola, Talbi Alami se veut formel et réaffirme sa volonté de  déterminer les relations commerciales entre les différents acteurs et d’identifier les pratiques anticoncurrentielles comme la vente liée, la spéculation, l’entente et le dumping. «C’est le premier cas de dumping au Maroc, même si le ministère n’est pas dans une logique de sanction pour le moment, mais si ce type de pratique continue, d’autres mesures plus sévères seront prises». La stratégie de l’autorité gouvernementale chargée de la concurrence est de mettre de l’ordre dans une économie de plus en plus ouverte. La décision à l’encontre de la filiale du groupe saoudien éponyme donnera plus de crédibilité au rôle de régulation de ces instances dans un marché marqué par l’informel et la multiplicité d’intermédiaires entre les producteurs et les consommateurs (www.leconomiste.com). Saïd MABROUK

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc