×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

«Les amants de Fès«
16e épisode: Un étrange visiteur

Par L'Economiste | Edition N°:2349 Le 29/08/2006 | Partager

Jaâfar est parvenu à innocenter Soussane dans l’incident de la broche. Mais il est sous le choc après avoir appris que l’hadj Mekki a fait des avances à sa future élue. Vu le danger, il décide d’activer son projet de mariage.Quand Jaâfar rejoignit sa chambre, son frère Mamoun l’attendait.- Tu ne dors pas, lui dit Jaâfar doucement pour ne pas réveiller Saïd.- Tu sais que j’ai le sommeil léger. Il m’a semblé avoir entendu du bruit. Quand j’ai ouvert les yeux tu n’étais pas dans ton lit. Alors, j’ai pensé que tu étais allé rencontrer...- Oui, tu as raison, je l’ai vue!- Ah veinard !- Oh ce n’est pas ce que tu crois! Tu sais bien que cette fille sera bientôt ma femme et je la traite avec le plus grand respect.- Oui, tu as raison. je plaisantais.- En revanche, mon père lui ne plaisante pas du tout. J’ai un sérieux problème avec lui.- Notre père, qu’a-t-il? De toutes les manières, le sommeil s’est envolé. Tu peux bien me raconter!- Figure-toi que je l’ai surpris tout à l’heure par hasard, en train de... Oh mon Dieu !- Mais qu’est-ce que tu racontes, en train de quoi?- Il s’apprêtait à rejoindre Soussane dans la mesria.- Non, et alors?Mamoun se redressa sur son lit.- En es-tu sûr ?- Heureusement que je suis arrivé à temps. La pauvre était terrorisée.Une fois de plus, Dieu m’a mis sur son chemin.- Oh lala quelle poisse! S’il s’y met lui aussi! Mais que lui voulait-il? Maintenant il va falloir que tu te dépêches mon grand, si tu ne veux pas que... Il faudrait lui dire la vérité, sinon il recommencera.- Oui, j’ai l’intention de le faire et ce, dès demain.- Alors je te souhaite beaucoup de chance et du courage.. Donner sa tête au barbierJaâfar passa le reste de la nuit à voir et à revoir le film des évènements. Il lui fallait trouver les mots pour convaincre ses parents de bénir son union avec Soussane. Il savait que cela allait être difficile mais comme dit un dicton marocain  «il faut donner sa tête au barbier». En somme, il convient de faire ce qu’on a à faire et advienne que pourra.. EcchymosesLe lendemain matin, un homme d’une cinquantaine d’années, qui se nommait Abdelmalek Rami se présentait à la maison et demandait à voir l’hadj de toute urgence car il avait un message important à lui transmettre. Il était bien tôt pour une visite. Messaoud lui avait ouvert la porte et l’avait installé sur le banc dans le vestibule. Son allure et ses vêtements trahissaient son appartenance sociale. C’était un homme de condition modeste, car il était vêtu pauvrement. Messaoud lui offrit un pichet d’eau pour se désaltérer.On fit prévenir l’hadj qui demanda qu’on le fasse conduire à la loggia du jardin. La journée s’annonçait printanière, après une nuit pluvieuse. Il faisait beau, le ciel était d’une clarté parfaite et l’air tiède et parfumé. L’hadj prit une gorgée d’eau et s’habilla difficilement car il avait des courbatures et des ecchymoses sur la jambe. Sa chute dans l’escalier la veille, il s’en souviendrait longtemps.Il n’était pas très à l’aise et craignait une mauvaise nouvelle. Que voulait cet inconnu?Lalla Mériem pliait les vêtements de l’hadj afin de les ranger dans le sandouk. Elle n’était pas moins inquiète que son époux. L’hadj demanda qu’on fasse porter le petit-déjeuner dans la loggia du jardin où il rejoignit le visiteur, le salua et l’invita à partager son repas.- Mon nom ne vous dira sûrement pas grand-chose, mais moi, je vous connais de grande réputation et c’est un grand honneur de pouvoir vous rencontrer aujourd’hui.L’hadj était pressé de connaître l’objet de la visite, mais hospitalité oblige, il se devait d’abord de lui offrir à boire et à manger.- Vous savez, je n’ai pas l’habitude de prendre le petit-déjeuner si tôt mais vous, vous pouvez vous servir, dit-il en souriant.- Je suis vraiment désolé de me présenter à pareille heure de la journée, mais le message que j’ai à vous transmettre est d’une si grande importance qu’il justifie pleinement ma précipitation. Je devais absolument vous rencontrer avant que vous ne quittiez la maison. Merci pour votre accueil.Si Abdelmalek s’arrêta de manger.- Je vous en prie, servez-vous, ne faites pas attention à moi!. Véritable familleL’hadj regardait du coin de l’œil, son invité manger goulûment. Le pauvre avait faim. Après avoir bu le thé, le visiteur entra dans le vif du sujet car il se rendait compte que l’hadj s’impatientait.- En fait, je ne sais pas par où commencer? La situation est grave.- Grave? Vous me faites peur! Qu’y a-t-il ? Parlez!- Attendez Sidi! Il faudrait que vous vous calmiez et que vous m’écoutiez attentivement, car ce que je vais vous dire est délicat.- Je suis tout ouïe! Commencez s’il vous plaît!- Voilà, l’histoire que je vais vous raconter est celle de ma sœur et de ma nièce.Il est fou ce bonhomme, se dit l’hadj ! Me déranger pour me raconter l’histoire de sa sœur et sa nièce! Mais qu’est-ce que j’en ai à faire!- Mais... monsieur, s’exclama l’hadj!- Non, attendez, il faut que vous m’écoutiez jusqu’au bout! Il y a deux mois à peu près, j’ai perdu une nièce, pendant un voyage que nous avions entrepris ensemble et ce, afin de la remettre entre les mains de sa véritable famille.- Je suis désolé, je te présente mes condoléances, mais...- Je ne suis pas sûre qu’elle soit morte. Elle a été enlevée, sous mes yeux par une bande de brigands, sans que je puisse lui porter secours. Ils m’avaient bâillonné et placé à l’écart de la caravane. Maintenant, je ne sais pas ce qu’elle est devenue ma pauvre Soussane. Ils ont dû certainement la vendre comme esclave. Elle était belle ma fille, oh oui!L’hadj Mekki fit tout de suite la relation avec la Soussane qu’il avait sous son toit.- Soussane, dites-vous?- Oui, elle s’appelait ainsi!Les yeux de Si Rami devenaient rouges d’émotion au fur et à mesure qu’il parlait. L’hadj attendait la suite, mais une question le taraudait. Si cet homme était bien l’oncle de Soussane, qui était donc celui qui voulait la placer dans une famille et qui la confia à Si Allal ! Etait-ce son ravisseur? Quelque chose ne tournait pas rond dans cette histoire. Qui était vraiment cet homme qui ne ressemblait ni de près ni de loin à Soussane et qui prétendait être son oncle.Si Abdelmalek poursuivit.- J’ai vécu des moments épouvantables. J’ai été fait prisonnier et la pauvre petite, je ne sais quel sort lui a été réservé. Sûrement l’a-t-on vendue! Elle doit croire, que j’ai été tué. Mais j’ai pu m’enfuir, et j’ai accouru directement chez vous. Peut-être m’aideriez-vous à la retrouver.L’hadj ne comprenait pas du tout pourquoi cet homme s’adressait-il ainsi à lui pour retrouver sa nièce. Si Abdelmalek était-il vraiment l’oncle de Soussane? Dans ce cas, comment ne savait-il pas que sa nièce travaillait chez lui, puisque c’était Mamoun et Jaâfar qui l’avaient rencontré au foundouk de Si Allal? Et puis la Soussane qu’il employait n’a été ni enlevée ni achetée. D’après Jaâfar, l’oncle de Soussane n’était pas guide de caravane. Alors qui était vraiment ce Abdelmalek? L’hadj se souvint aussi de la femme qui accompagnait Soussane dans son magasin. Qui était-elle? Toutes ces questions demeuraient encore sans réponses!Il s’adressa à son hôte avec méfiance.- Je compatis, mais pourquoi me demandez-vous d’intervenir personnellement?- Oh! Je suis sot excusez-moi. Je suis tellement troublé que j’ai oublié l’essentiel !- Allez-y, car quelque chose m’échappe!- Tenez bon, eh bien, Soussane... est votre sœur!Mercredi, 17e épisode Femme à remous chez les Benabed

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc